Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Sergio Scariolo regrette le faible temps de jeu des Espagnols en Liga Endesa

Le week-end dernier, l’Espagne s’est qualifié pour l’EuroBasket 2022. Mais la Roja n’a pas brillé dans ces qualifications. La sélection de Sergio Scariolo a perdu deux matchs sur quatre, contre la Pologne et Israël. Il faut dire que le nombre d’internationaux potentiels est en baisse en Espagne. Derrière les cadres, encore très compétitifs mais en fin de parcours en NBA (Marc et Pau Gasol) comme en EuroLeague (Rudy Fernandez, Sergio Llull, Victor Claver…), il reste du beau monde dans la force de l’âge (Ricky Rubio, Nikola Mirotic, Serge Ibaka, Pierre Oriola) et quelques joueurs plus jeunes (les frères Hernangómez, Alberto Abalde, Alex Abrines). Cependant, les réserves ne sont pas infinies et le sélectionneur a donné son avis sur le sujet dans Marca

« Nous savons tous que l’Espagne a la ligue nationale dans laquelle il y a moins de joueurs nationaux dans le monde entier », regrette-t-il. En 2019-2020, la FIBA avait compté seulement 30% d’Espagnols en Liga Endesa. « La moyenne de minutes jouées par ces 13 joueurs est de plus ou moins 17 par match et aucun d’entre eux ne joue à l’étranger », a calculé le sélectionneur italien au sujet de la sélection de la dernière fenêtre internationale, avant d’avoir être très « inquiet » au sujet de ces chiffres.

En Liga Endesa, des équipes jouent sans quasiment aucun joueur espagnol, les remplaçants par des joueurs formés localement. C’est le cas de Baskonia notamment avec les jeunes Arturs Kurucs (Letton), Sander Raieste (Estonien) ou encore Tadas Sekekerskis (Lituanien). Un choix problématique pour l’avenir de la sélection espagnole, qui a dominé le basket européen du milieu des années 2000 à la fin des année 2010.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion