Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Y-a-t-il un problème Will Thomas à l’AS Monaco ?

+39 pour Yakuba Ouattara, +47 pour Donta Hall et même +53 pour le duo Paris Lee – Brock Motum… Dans la balade marseillaise de l’AS Monaco dimanche contre Fos-Provence (94-56), certains joueurs présentent un +/- impressionnant. De quoi renforcer le contraste avec ceux de deux hommes : -9 pour Ibrahima Fall Faye et -11 pour Will Thomas. Cela n’est pas réellement problématique ni révélateur pour le pivot sénégalais, pas spécialement attendu comme un joueur majeur et même spontanément cité par son coach dans les satisfactions de l’après-midi (6 points à 2/4 et 5 rebonds en 22 minutes). Cela le devient beaucoup plus pour son homologue américain, véritable déception du recrutement estival de l’AS Monaco (6,2 points à 50% et 3,6 rebonds en EuroLeague, 4,3 points à 28% et 3 rebonds en Betclic ÉLITE).

Très engagé à Kaunas il y a deux semaines pour la première de Sasa Obradovic (12 points à 5/7 et 4 rebonds), Will Thomas (2,03 m, 35 ans) est vite retombé dans sa léthargie. Sa semaine de Noël fut ainsi d’une faiblesse abyssale : 4 points et 1 seul petit rebond à Berlin en 26 minutes, 0 point à 0/3, 1 rebond et 2 balles perdues pour -3 d’évaluation en 6 minutes à Marseille. Au-delà des chiffres, l’impression visuelle est frappante : un joueur parfois perdu sur le terrain, qui ralentit les systèmes en attaque, et manque d’intensité pour aller batailler sous le cercle, lui qui était justement réputé pour sa puissance et sa dureté. Dimanche, sa présence sur le parquet a coïncidé avec le pire passage de la Roca Team : lancé en fin de premier quart-temps alors que le score était de 20-6 pour Monaco, il en est ressorti à 25-22, non sans avoir encaissé un 16-0 au passage. De quoi vacciner Sasa Obradovic qui n’a pas souhaité lui redonner sa chance au retour des des vestiaires. Et aussi rendre sa réponse un peu plus surprenante lorsque nous lui avons expressément demandé si les contre-performances répétées du natif de Baltimore allaient finir par devenir un problème.

« Je ne suis pas d’accord avec vous. Will Thomas est un joueur très important pour nous. Honnêtement, il a connu beaucoup de problèmes, à tel point qu’il était complètement hors de forme fut un temps. Il a besoin de dépasser le seuil aérobie, ce moment où il se fatigue sur le terrain. Encore aujourd’hui, je l’ai fait jouer exprès pour ça. Mais à mes yeux, il est très important de pouvoir m’appuyer sur un tel joueur, lui qui sait ce que ça requiert de gagner avec son expérience ou comment se comporter dans un vestiaire. Je n’ai pas de doute sur le fait qu’il sera bon. »

« Bien sûr que nous attendons mieux de lui »

Pour cause, le CV de Will Thomas avait de quoi faire rêver lors de son arrivée mi-septembre. Professionnel depuis 2008, l’Américano-Géorgien a tout vu, tout connu. Figure de Valence avec qui il remporta le championnat d’Espagne (2017) et l’EuroCup (2019), avec le trophée de meilleur joueur de la finale en prime, le MVP du championnat belge… 2010 avait débarqué doté de solides référence en EuroLeague : cinq saisons abouties sous les couleurs de Malaga, Valence et Saint-Pétersbourg, lui qui appartenait au gotha des meilleurs intérieurs du continent l’an dernier avec le Zénith (9,3 points à 54% et 4,9 rebonds pour 12,6 d’évaluation). Pas du tout ce qu’a récupéré l’AS Monaco qui attend évidemment beaucoup plus de son joueur, quand bien même le GM Oleksiy Yefimov avance quelques circonstances atténuantes.

« Tout comme Mike James, Will Thomas n’a pas effectué la présaison avec nous. Il est arrivé juste avant le début de la saison et nous avons directement enchaîné 12 matchs dès le mois d’octobre. Donc il n’a pas vraiment eu le temps pour se mettre en forme. Je ne veux pas lui trouver d’excuse car bien sûr, nous attendons mieux de  lui. Nous voulons avoir le Will Thomas de la saison dernière, celui que l’on a vu contre Barcelone (15 points et 9 rebonds le 15 octobre, ndlr). Mais l’équipe est plus importante que les individualités. »

y-a-t-il-un-probleme-will-thomas-a-l-as-monaco--1640621012.jpeg
24 d’évaluation en octobre contre Mirotic et le Barça : rare coup d’éclat pour Thomas avec l’ASM
(photo : Sébastien Grasset)

Alors que son dernier match contre Milan avait marqué une cassure avec Zvezdan Mitrovic (0 point, 0 rebond, 0 passe décisive et 1 balle perdue en 8 minutes), le taiseux Will Thomas jouissait de la confiance de Sasa Obradovic depuis son arrivée en Principauté. Celui-ci lui a ainsi accordé successivement 27, 30, 25 et 26 minutes de temps de jeu lors de ses quatre premières sorties, parfois même dans le money-time comme à Berlin, aux dépens d’un Donatas Motiejunas pourtant en feu (23 points en 18 minutes). Lors du même déplacement en Allemagne, Brock Motum avait dû lui se contenter de 4 petites minutes. Mais la hiérarchie pourrait rapidement changer, l’entraîneur belgradois s’étant notamment publiquement réjoui de voir qu’il pouvait s’appuyer sur l’Australien, à créditer de 17 points à 7/9 et 7 rebonds contre Fos-Provence. De même, ses propos concernant le temps de jeu attribué délibérément à Thomas face aux BYers doivent se comprendre dans le sens où il a choisi de laisser Motiejunas en civil et non l’Américain. Il n’empêche que Will Thomas pourrait rapidement se retrouver sur un siège éjectable, même si Oleksiy Yefimov se défend de toute volonté de changement pour le moment.

« Nous surveillons le marché en permanence. Mais je ne pense pas que ce serait professionnel de vous donner une telle réponse avant que le nouveau coach n’ait vraiment eu la chance de travailler avec son équipe. Ce sera le cas début janvier avec une semaine complète de pause entre le Maccabi Tel-Aviv et l’ASVEL. Nous sommes toujours à l’affût d’une opportunité intéressante mais il est encore trop tôt pour parler d’éventuels changements dans l’effectif. »

Verdict à la question posée par le titre : si l’AS Monaco confirme « attendre mieux » de son ailier-fort, il n’y a donc officiellement pas (encore ?) de problème Will Thomas en Principauté. Mais à ce rythme, au sein d’un club en retard sur son objectif « crucial » de qualification pour les playoffs d’EuroLeague (14e à la mi-saison), cela risque de vite devenir le cas…

À Marseille,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion