• À la une
  • Betclic Élite
  • Programme TV
  • Pro b
  • National
  • À l'étranger
  • Équipe de France
  • Interviews
  • Jeunes
  • Féminines

Jean-Aimé Toupane : « Le parcours depuis l’année dernière est très satisfaisant »

Crédit photo : FIBA
EuroBasket 2023 - Sélectionneur de l'équipe de France depuis novembre 2021, Jean-Aimé Toupane vient de boucler sa deuxième grande compétition internationale avec sa première médaille, le bronze lors de ce championnat d'Europe 2023. Loin de l'objectif annoncé mais le technicien dresse tout de même un bilan positif et ne regrette rien de ses choix.

Jean-Aimé, malgré les circonstances, votre équipe a livré un match plein…

Il y a eu une belle réaction. Il y avait beaucoup de déception à la fin du match hier mais les filles ont su trouver les ressources morales et mentales pour faire un très bon match aujourd’hui. Je constate que ce groupe a compris les basiques pour aller au plus haut niveau.

Les Bleues se consolent avec la médaille de bronze !

Iliana Rupert a rejoué et a été très convaincante. N’y a-t-il pas des regrets de ne pas l’avoir relancé contre la Belgique alors qu’elle était apte ?

Non, hier, j’ai assumé. Sur un match aussi intense, c’était la mettre en danger. C’était mon choix. On prend en compte l’intégrité physique des joueuses. Avec 24 heures de plus, elle a pu apporter et je suis content de l’avoir revu sur le terrain.

Que peut vous apporter cet EuroBasket à un an des Jeux Olympiques de Paris ?

Beaucoup de choses. Ce groupe est jeune, est en train de se construire. Il ne faut pas voir la défaite de samedi comme une déception mais comme une étape. Il nous a manqué peu de choses, ça fera partie du cheminement vers le plus haut niveau. Parfois, quand on se plante, on apprend plus vite. On voulait finir sur le podium, par une victoire, et on l’a fait de la plus belle des manières.

« Y-a-t-il des regrets sur mes choix ? Non, non, non, non… »

Beaucoup de joueuses ont déploré le fait que pas grand monde ne croyait en votre équipe. Est-ce quelque chose que vous avez ressenti également ?

Oui mais je ne regarde pas ce qui se dit, je ne suis pas là pour commenter. Vous avez bien vu ce qui s’est passé depuis le début… (il sourit) Peu importe les dires, nous, on croyait en nous. Elles l’ont démontré depuis le jour 1 de la préparation jusqu’à aujourd’hui. Il ne faut pas oublier que c’est un groupe très jeune, qui a envie d’avancer. Les valeurs d’engagement sont le plus important pour nous, avec l’envie de travailler ensemble. On l’a prouvé. On a déjà vu les prémisses l’an dernier lors de la Coupe du Monde, ça continue cette année. Il faut s’inscrire dans cette culture de la gagne, dans cette culture de la médaille.

Personnellement, vous avez vécu une nouvelle compétition sous le feu des critiques. Comment l’avez-vous vécu ?

Je ne m’attarde pas dessus, ça fait partie du jeu. Si on écoute tout le monde, on ne fait plus rien. Je laisse tout le monde libre de s’exprimer. On peut ne pas être d’accord mais dès qu’on se respecte, ça me va. On ne peut pas être en responsabilité et écouter tout le monde. Comme je l’ai dit, j’assume. Ce qui m’importe vraiment, ce sont les personnes avec qui je travaille. On s’est expliqué, je ne vais pas le commenter. Ça ne me perturbe pas.

Y-a-t-il des regrets sur certains de vos choix ?

Non, non, non, non. Ça fait déjà un an que j’y réfléchis. Mes choix sont conditionnés par le positionnement des uns et des autres. On choisit par rapport à un contexte et beaucoup de choses. J’ai discuté avec toutes les parties prenantes. Nous étions cette année dans un schéma très court. L’année dernière, nous avons eu deux mois de préparation, contre douze entraînements cette fois. Ce que les gens ne perçoivent pas forcément, c’est que l’on fait un sport d’équipe, avec des filles qui ont vécu ensemble, sur et en dehors du terrain. Quand vous avez des entraîneurs comme Popovich qui perd contre la France ou d’autres nations avec Team USA, il dit qu’on additionne de fortes individualités au dernier moment et qu’on pense pouvoir battre d’autres qui s’entraînent depuis longtemps ensemble. Le vécu commun est important. On joue contre les meilleures, contre de très bons coachs, contre des équipe très bien organisées. Il faut travailler ensemble donc partir du principe qu’on va arriver au dernier moment et faire les choses… Je suis dedans depuis 40 ans, je sais que ça ne marche pas comme ça. Je ne blâme personne mais il faut comprendre le contexte. J’ai aussi entendu que ce que l’on proposait sur le terrain était brouillon mais c’est peut-être lié au fait qu’on n’a pas vraiment eu le temps de travailler (il rit). Le plus important est que mes joueuses et mon staff comprennent la direction et la vision partagée de ce que l’on veut faire.

« L’échec aurait été de ne rien avoir »

Vous aviez dit que tout autre résultat que la médaille d’or serait un échec. Comment estimer cette médaille de bronze dès lors ?

On a parlé d’or, moi le premier. Nous sommes déçus. Mais on part du principe que Paris ne s’est pas fait en un jour. C’est déjà une bonne base pour construire. Peut-être que l’on était trop gourmands en voulant l’or mais les choses se méritent, se font étape par étape. Vous voyez ici que nous n’étions pas très loin, c’est pour ça qu’on visait l’or. L’échec serait de ne rien avoir, là on m’aurait dit que l’on était en décalage. On n’a pas pris une branlée contre la Belgique non plus, on n’était qu’à une possession. On va apprendre de cette expérience pour les prochains rendez-vous.

Dès la mi-temps de la petite finale, votre président Jean-Pierre Siutat vous a réitéré son soutien…

Je sais que j’ai des dirigeants qui me font confiance depuis le début. On travaille ensemble dans la clarté et la bienveillance. J’essaye de faire le maximum, on veut construire quelque chose. On n’arrive pas au haut niveau juste en tournant une clef. Je reconnais qu’il y a une vraie potentialité. J’ai dit aux joueuses de croire en ce qu’elles font car le parcours depuis l’année dernière, entre la Coupe du Monde et l’EuroBasket, est très, très satisfaisant. Quand on voit la jeunesse qui arrive derrière, c’est très prometteur. Nous sommes en phase de construction. Il faut gagner mais il faut aussi renouveler l’effectif. En tout cas, il y a un bel amalgame pour l’avenir du basket féminin français.

Propos recueillis à Ljubljana,

BEBASKET

Marre de la publicité ? Offrez-vous BeBasket sans pub, soutenez la rédaction et encouragez une meilleure couverture du basket français au quotidien. À partir de 5€/mois.

À partir de 5 €
Vous pourriez aussi aimer
ÉQUIPE DE FRANCE
Pierre Pelos, de la Régionale 2 à l’équipe de France : « Tout vient à point à qui sait attendre »
Pierre Pelos, de la Régionale 2 à l’équipe de France : « Tout vient à point à qui sait attendre »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter
Connexion

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 €