Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Les Espoirs de Monaco terrassent le champion, symbole des progrès du centre de formation : « Une vraie volonté de faire mieux »

Espoirs - Longtemps délaissé, le centre de formation de l'AS Monaco se structure progressivement. Samedi, l'équipe Espoirs a certainement signé le plus beau résultat de l'histoire des U21 de la Roca Team, en allant s'imposer à Cholet, face aux champions de France en titre. Des progrès qui bénéficient également à la section professionnelle du club monégasque...
Les Espoirs de Monaco terrassent le champion, symbole des progrès du centre de formation : « Une vraie volonté de faire mieux »
Crédit photo : Monaco Basket

Il y a des victoires qui viennent parfois marquer un point de passage. Celle des Espoirs de l’AS Monaco samedi à Cholet (71-73), dans une salle où elle a déjà subi quelques corrections par le passé (44-108 en 2015, 44-74 en 2019), en est une : longtemps abonnées aux bas-fonds du championnat U21, les jeunes pousses de la Roca Team ont surpris l’Académie Gautier, référence de la dernière décennie, encore championne de France en titre, à la Meilleraie. Le tout avec seulement huit joueurs disponibles, sans la recrue phare de l’été, Théo Pichard, ni l’ailier David Mabu, tous deux blessés. Un exploit, un vrai… « Non, ça n’en est pas un », tempère Mickaël Pivaud, l’entraîneur monégasque. « Ça reste une performance mais ce n’est pas un exploit, au vu de la qualité de notre équipe cette année. »

Après Amini, des recrues japonaises ou ukrainiennes…

Il va pourtant sans dire que, pendant longtemps, la jeunesse n’a pas été la priorité du club de la Principauté, délaissée, presque insignifiante, face aux rêves de grandeur européenne. Sauf que les choses sont en train d’évoluer. « Le centre de formation de l’AS Monaco progresse au sens large du terme », appuie Mickaël Pivaud, débarqué sur le Rocher lors de l’été 2022. « Il y a eu 10 victoires en 2021/22, 14 en 2022/23 et on veut faire mieux cette saison. » Jusqu’à décrocher la première qualification de son histoire pour le Trophée du Futur ? Pour atteindre cet objectif, l’AS Monaco est allée chercher un joueur tenant déjà un vrai rôle en Nationale 2 (5,2 points pour Auguste Cagnet à Beaujolais) et des recrues espagnoles et ukrainiennes (Taiga Okada et Vladyslav Seremych) en quatrième division espagnole, en plus de conserver le prospect Mohammad Amini, décisif samedi à Cholet (32 points à 9/14, 12 rebonds, 2 passes décisives et 3 interceptions), au sortir d’une Coupe du Monde à 13,2 points de moyenne (!) avec l’Iran. « Nous sommes très souvent oubliés », poursuit l’ancien entraîneur marseillais. « Amini a fait une entrée exceptionnelle en Espoirs l’an dernier et il n’y a eu que très peu de communication autour de lui. Sans la Coupe du Monde, je ne suis pas sûr qu’il y aurait eu autant de lumière sur ce potentiel. »

Après l’Espagne, le phénomène iranien Mohammad Amini (Monaco) s’attaque aux Bleus

Mohammad Amini et Théo Pichard, régulièrement sur les feuilles de match des pros, déjà une entrée chacun en Betclic ÉLITE cette saison (photo : Miko Missana)

Des progrès qui bénéficient, forcément, à l’équipe de Sasa Obradovic, qui peut compter sur le renfort bienvenu aux entraînements de plus en plus d’Espoirs compétitifs. « Le mérite revient au nouveau président de la section amateur, Nicolas Chattahy, qui a amené du sang neuf au centre de formation », souligne Oleksiy Yefimov, le GM de l’ASM, à l’évocation de celui qui a remplacé Arnaud Giusti, l’ex-président de la section pro… poussé vers la sortie par les Ukrainiens en 2015. « Désormais, il est plus facile pour nous de coopérer. Ensemble, on essaye d’attirer des jeunes joueurs, comme Théo Pichard, et ils sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre aux entraînements. Sans compter le fait qu’ils ont déniché un trésor avec Mohammad Amini. »

Des passerelles avec les pros

Et des progrès, aussi, qui ne tombent pas du ciel… « C’est une vraie volonté de remonter tous les curseurs de la performance », étaye Mickaël Pivaud. « On a une cellule qui bosse en commun entre les pros et le centre de formation sur le scouting, sur le recrutement, sur tous les aspects liés à la performance. Des gamins comme Amini et Pichard sont en passerelle avec les professionnels et c’est une chose importante. Maintenant, il va falloir encore améliorer pas mal de choses sur la communication, etc. Sur mes deux années, il y a eu un changement d’entraîneur avec moi, de présidence, de responsable du centre de formation (Anthony Christophe). Il y a une vraie volonté d’essayer de faire mieux, d’avancer et de faire en sorte que tout le monde travaille en commun. » Et l’histoire récente a prouvé que quand l’AS Monaco a un objectif, généralement, elle l’accomplit…

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion