T.J. Parker : « Il faut comprendre que l’EuroLeague c’est un niveau différent »

Crédit photo : Lilian Bordron

T.J. Parker revient sur la lourde défaite de l'ASVEL chez le Panathinaikos Athènes. Il explique la différence entre son équipe de ce début de saison et celle de l'an passé.

Vendredi soir, l’ASVEL a souffert chez le Panathinaikos Athènes. Jamais dans le coup après le premier quart-temps, au point de se retrouver à -29 (66-37)  à l’issue du troisième quart-temps, l’équipe de T.J. Parker a perdu une quatrième rencontre de suite dans la compétition (77-58). L’an passé, les champions de France s’étaient imposés chez le Pana avec un grand Elie Okobo. La presse grecque a ainsi demandé à T.J. Parker quelle était la différence entre les deux équipes. Voici sa réponse :

« L’an dernier nous avions probablement le meilleur duo d’arrières actuel de l’EuroLeague. Elie Okobo et Chris Jones faisaient une grosse différence pour nous en début de saison, ce sont deux arrières très talentueux. C’est toujours dur quand on doit revenir à zéro et changer toute l’équipe. Oui nous avons Nando (De Colo) mais il a 35 ans, Nando n’est plus celui du CSKA (Moscou) ou du Fenerbahçe. C’est très bien de l’avoir mais autrement, tous les jeunes joueurs ne sont pas habitués à jouer tous ces matches dans une saison. Ils jouaient 30 matches et la saison était terminée. Maintenant, il faut comprendre que l’EuroLeague c’est un niveau différent, une autre énergie et vous jouez 70 matches par année. »

L’ASVEL va tâcher de se reprendre ce dimanche en Betclic ELITE contre l’Élan béarnais avant d’affronter son rival monégasque pour leur première opposition de la saison, jeudi en principauté.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires