Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Avec un Terry Tarpey sorti du placard, l’AS Monaco engrange une huitième victoire de rang à Berlin

EuroLeague - En déplacement à Berlin, l'AS Monaco l'a emporté 90-82. Une huitième victoire consécutive qui conforte la deuxième place de la Roca Team, où Terry Tarpey a enfin eu droit à du temps de jeu (23 minutes).
Avec un Terry Tarpey sorti du placard, l’AS Monaco engrange une huitième victoire de rang à Berlin

Jaron Blossomgame et les Monégasques sont toujours deuxièmes, ex-aequo avec Barcelone

Crédit photo : EuroLeague

En ce moment, tout va dans le sens à l’AS Monaco. Même dans des proportions injustes pour l’adversaire… Alors que la Roca Team commençait à perdre les pédales, effritant dangereusement une avance de +11, un inattendu coup de pouce arbitral est venu verrouiller leur succès à 75 secondes du buzzer final (80-86) Sterling Brown avait provoqué un retour en zone d’Élie Okobo mais les officiels ont rendu la balle, à tort, aux Monégasques. Moment choisi par le meilleur marqueur de l’histoire de l’EuroLeague, Mike James, pour planter un 3+1 assassin. Rideau.

« Un vrai combat »

En déplacement en terre allemande, l’AS Monaco a verrouillé sa huitième victoire de rang (90-82). Une extraordinaire série qui renforce la place du club de la Principauté sur le podium. Il a pourtant fallu s’employer pour mater la lanterne rouge, loin de se présenter en victime expiatoire (27-13, 8e minute). « Rien n’est facile en EuroLeague », a reconnu Jaron Blossomgame (qui a égalé son record de la saison avec 13 points). Ils ont beau être en bas du classement, ils jouent dur. Ça a été un vrai combat mais je suis ravi qu’on ait gagné. »

Terry Tarpey n’avait enlevé le surmaillot qu’à cinq reprises en EuroLeague (photo : Sébastien Grasset)

Et c’est là où l’intérieur américain n’a pas forcément raison non plus. Au micro de SKWEEK, il a indiqué que la beauté de la Roca Team était qu’un joueur différent était toujours capable de sortir du chapeau. Sauf que c’est quand même souvent les mêmes… En l’occurrence, Mike James et Élie Okobo, à créditer de 41 points à eux deux. Mais peut-être faisait-il référence à Terry Tarpey III (2 points, 3 rebonds, 2 passes décisives, 1 contre et interception), de retour dans le pays où il s’est révélé au grand public lors de l’EuroBasket 2022, dans la salle (Mercedes Benz Arena) où il a connu le sommet de sa carrière en étant titulaire en finale du championnat d’Europe.

Premier match EuroLeague en trois mois pour Tarpey

En l’absence d’Alpha Diallo, l’international français a explosé son record de temps de jeu en EuroLeague (23 minutes), lui qui faisait banquette en civil depuis le… 15 décembre. Cantonné à 37 minutes au total depuis le début de saison, l’ancien manceau n’a évidemment pas tout bien fait à Berlin, à l’image de ses deux dernières séquences aussi naïves que poussives (une faute sur un tir primé de Matt Thomas et une perte de balle évitable), mais il aura enfin connu un vrai rôle en EuroLeague, au bout de 29 journées, amenant un surplus d’engagement et d’intensité par moment, comme lorsqu’il a piqué le ballon à Louis Olinde pour filer au dunk (53-60, 26e minute). Et quand Sasa Obradovic a décidé de sanctionner ces errances, c’est Matthew Strazel qui est entré pour sécuriser le money-time à 35 secondes de la fin. Comme une nouvelle preuve de la hiérarchie monégasque. C’est aussi peut-être à cela que Jaron Blossomgame faisait référence.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion