ITW Karim Souchu : « En juin, nous aurons la première équipe française professionnelle de 3×3 »

Alors qu’il terminait en parallèle sa carrière de basketteur professionnel, Karim Souchu s’est lancé dans le 3×3 aux débuts de la discipline. Après avoir raccroché les baskets, le natif de Senlis est rapidement l’assistant de Richard Billant en équipe de France. Sous lère Richard Billant, de 2012 à 2021, l’équipe de France de 3×3 a remporté de nombreuses médailles chez les filles. Chez les garçons, elle a éalement remporté une médaille d’argent à la Coupe du Monde 2012 à Athènes (avec Karim Souchu comme joueur),une de bronze à Nantes en 2017 ainsi qu’une médaille d’argent à la Coupe d’Europe en 2019. 

Malgré ces succès, l’équipe de France a accumulé un retard conséquent vis-à-vis d’autres sélections nationales, surtout des pays de l’Est, qui se sont professionnalisées dans la discipline. Jean-Pierre Siutat, président de la Fédération française de basketball (FFBB), a annoncé en novembre 2021 que l’équipe de France allait changer et partir sur un nouveau cycle. Les objectifs sont clairs : gagner en régularité sur la scène internationale grâce à la professionnalisation de certains joueurs. 

Pour parvenir à ces objectifs, Karim Souchu a été promu sélectionneur de l »équipe de France masculine en novembre 2021. Depuis, les Bleus ont eu l’occasion de faire deux stages durant les fenêtres internationales, dont le dernier à Bordeaux du 21 au 24 février. De nouveaux joueurs, notamment issu de la Betclic ELITE, ont intégré l’équipe nationale.

Karim, vous avez été choisi pour succéder remplacer Richard Billant lors du stage à l’INSEP en novembre dernier. L’équipe de France est dans un nouveau cycle avec de nouveaux joueurs de 3×3. Pourquoi avoir choisi ces profils en particulier ? 

On a identifié des joueurs qui ont un fort potentiel 3×3, on les a contactés et ils ont accepté. Ensemble on a fait deux stages (à l’INSEP et Bordeaux, NDLR) qui ont permis de les mettre en situation avant de jouer les compétitions et les préparer pour le futur de l’équipe de France. Les profils chosis sont surtout athlétiques et polyvalents vu qu’il n’y a pas de postes définis dans le 3×3. On cherchait des gars qui peuvent jouer partout. 

Est-ce que dans ces nouveaux joueurs certains sortent du lot et peuvent être amenés à être des cadres de la future équipe de France ? 

C’est exactement pour cette raison que nous organisons ce tournoi à Bordeaux, on est en pleine évalution des joueurs. Pour le moment non mais après le stage on verra bien. C’est aussi pour ça qu’on joue avec 4 équipes de France aujourd’hui (17 joueurs ont été sélectionnés). Cela nous permet de nous projeter pour les compétitons estivales et de voir qui a vraiment le niveau pour le 3×3 pro.

Les meilleures nations de 3×3 disposent d’équipes professionnelles. Ce nouveau cycle de l’équipe de France lui permettra de devenir pro à son tour ? 

Déjà, en juin prochain nous arriverons avec la première équipe française professionnelle de 3×3 de l’histoire. Après pour ce qui est des autres nations, ce n’est pas pareil car eux s’entraînent déjà l’hiver alors que nous on attend l’été avec la fin de saison du basket 5×5 pour pouvoir jouer. Les autres nations ont des équipes engagées dans le World Tour, nous on va en envoyer notre équipe pro dès cet été. Nous allons faire un appel à candidature pour pour constituer notre équipe professionnelle avec 6 joueurs retenus pour participer à la Coupe du Monde à Anvers (21-26 juin 2022 NDLR) et aussi pour se qualifier à la Coupe d’Europe car nous ne sommes toujours pas qualifiés (tournoi qualificatif à Jérusalem les 9 et 10 prochains NDLR).

En juin, l’équipe professionnelle sera composée de 6 joueurs qui joueront le World Tour. Le but est de faire en sorte qu’ils se consacrent uniquement à la compétition 3×3. En revanche, ce n’est pas parce qu’ils joueront dans cette équipe qu’ils seront directement sélectionnés en équipe de France. Ce sont deux choses bien distinctes : l’équipe de France joue les compétitions internationales comme la Coupe du Monde et la Coupe d’Europe tandis que l’équipe pro jouera le World Tour. Cette équipe sera sous l’égide de la FFBB. La « fédé » a un budget alloué au 3×3 sans compter les partenaires qui donneront de l’argent pour que soyons vraiment compétitifs et professionels.

Quelles sont les qualités et faiblesses de l’équipe de France ? 

Dans les plus, je dirais qu’on a une véritable identité défensive et des joueurs athlétiques. On essaie de ramener des joueurs de ce type dans le 3×3. Dans les points faibles, nous n’avons pas de joueurs spécialisés en 3×3 d’où la nécessité de la professionnalisation de cette discipline. Et comme je l’ai dit dans la question précédente, les équipes pro s’entraînent très tôt par rapport à nous donc il y a toujours une différence de niveau.

Quels sont les objectifs de l’équipe pour la Coupe du Monde et la Coupe d’Europe ? 

Déjà se qualifier pour la Coupe d’Europe, on joue le tournoi qualificatif à Jérusalem les 9 et 10 juin prochains. Ensuite, l’objectif est d’être performant à la Coupe du Monde et au championnat d’Europe en allant décrocher des médailles. En 2017, nous avons gagné la médaille de bronze à la Coupe du Monde et on a fini deuxième du championnat d’Europe en 2019 donc on vise une nouvelle médaille. On cherche aussi à gagner en régularité et grandir sur le World Tour avec des joueurs pros. 

Qu’avez-vous travaillé avec les nouveaux joueurs du cycle ? Comment se sont-ils adaptés aux spécificités du 3×3 ?

On a travaillé essentiellement les fondamentaux du 3×3. Nous sommes repartis de zéro. Les anciens ont beaucoup aidé les nouveaux dans cet apprentissage. En échange, les nouveaux nous apportent de la polyvalence sur le terrain de par leur profil et c’est pour ça que nous les avons choisis. Avant les compétitions, on fait des stages d’entraînement. De plus, on est en train de rechercher une salle qui nous proposera les meilleures infrastructures pour qu’on puisse se développer. 

 Quelles sont les principales différences entre le 3×3 et le 5×5 ? 

Le rythme est beaucoup plus soutenu en 3×3. Le jeu est plus rapide, ça travaille davantage le cardio. Comme ça se joue sur demi-terrain, les joueurs doivent maîtriser les fondamentaux et avoir une excellente vision du jeu pour faire les passes ou aller marquer. Le 3×3 est très intéressant pour les jeunes joueurs car ça leur permet de renforcer les fondamentaux du basket. 

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires