Lassi Tuovi : « C’est dans les moments difficiles qu’on voit la vraie identité d’une équipe »

La SIG Strasbourg part en pause avec le sentiment du travail bien fait. Malgré l’enchaînement des matches, les blessures et les cas de COVID-19, les Alsaciens ont enchaîné cinq victoires. Après avoir arraché le succès vendredi chez une équipe de l’ESSM Le Portel en pleine bourre, en témoigne sa victoire encore ce dimanche face aux Metropolitans 92, les joueurs de Lassi Tuovi ont battu une sérieuse équipe de Nanterre ce dimanche au Rhénus, sur le score de 80 à 67. De quoi ravir leur coach finlandais* :

« Ça fait deux matches qu’on provoque beaucoup de pertes de balles. Cela devient globalement notre identité semaine après semaine. En trois jours on provoque 50 pertes de balles à nos adversaires, ça représente quelque chose. On avait conscience que cette semaine marathon ne serait pas simple. Nanterre a bien joué offensivement lors de ses derniers matches. On savait qu’on allait devoir être bon en défense. Alors oui, il y a eu des erreurs, mais je ne peux pas critiquer mes joueurs ni leur en vouloir. Ils ont été à 100% lors des cinq derniers matches. »

Strasbourg aurait pu s’écrouler en cette période difficile, avec les annonces des arrêts longue durée de John Roberson et Yannis Morin, les matches manqués par Jean-Baptiste Maille et Léopold Cavalière (COVID-19). Mais non, comme toujours cette saison, elle a su puiser dans ses ressources en faisant force d’une grande volonté, pour l’emporter :

« C’est dans les moments difficiles qu’on voit la vraie identité d’une équipe. Par exemple, quand Jarell Eddie est parti, nous avons remporté une grosse victoire face à Limoges. Quand on a eu des changements de joueurs, des blessés, c’était la même chose. On a vu que, face à des moments difficiles, le groupe répondait présent. Je suis très fier de ce 5/0. »

Justement, le remplaçant de Jarell Eddie, Kameron Taylor, est excellent. Lassi Tuovi le juge « impressionnant  » :

« Tout ce que je peux dire aux fans : venez le voir jouer ! Je disais la même chose à propos de Bonzie Colson la saison dernière. Il fait parti de ces joueurs dont on ne peut qu’être heureux de l’avoir dans notre équipe. Ce n’est pas Bonzie. Il est différent. Mais Kameron joue à un niveau défensif qu’on n’a pas vu depuis longtemps au Rhenus je pense. C’est un joueur impressionnant. Il est très intelligent et défend dur. Il peut défendre du poste 1 au poste 5, c’est très fort. Il peut contrôler tout le monde. Il est vraiment très intense, rapide et intelligent sur ses vis-à-vis. Offensivement il marque 18 points, mais il fait aussi 5 passes. C’est plaisant de jouer avec lui pour les autres et surtout, une nouvelle fois, il évolue à un niveau défensif de très haut niveau.« 

Durant la première partie de la trêve, les joueurs qui ne sont pas convoqués en équipe nationale vont pouvoir se reposer. Puis travailler, notamment pour intégrer leur nouveau meneur Jordan Howard, qui découvre le basketball européen. Avant une fin de saison chargée (Betclic ELITE, BCL, Coupe de France).

*propos retranscris sur sigstrasbourg.fr

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires