Tarbes – Basket Landes à huis-clos : « On va très sérieusement se pencher sur une poursuite ou non de la saison »

Pour le troisième et dernier match de LFB du week-end – les trois autres affiches de la sixième journée ayant été reportées -, Tarbes reçoit Basket Landes ce dimanche après-midi. La rencontre se jouera à huis-clos, la préfecture des Hautes-Pyrénées ayant imposé au TGB de jouer sans public. Une décision que fustige l’entraîneur emblématique du club, François Gomez, dans La Dépêche du Midi.

« Il y a un grand sentiment d’incompréhension. Tout est parti d’une réponse de la préfecture à un mail anodin de notre part. Nous, on souhaitait savoir si en jouant dimanche, la banda pouvait quand même venir jouer au Quai. Nous pensions pouvoir jouer ce match contre Basket Landes avec une jauge de 1 000 spectateurs, port du masque et un siège condamné sur deux… Et au final, notre réponse on ne l’a pas eu, si ce n’est qu’on doit jouer à huis clos. À mon sens, des sujets aussi importants méritent que l’on s’assure de la bonne diffusion du message et ne pas se contenter d’un mail. On a alors demandé un report de la rencontre, la Ligue nous le refuse alors que nos adversaires étaient d’accord. Dont acte, on respecte les règles car cela fait partie des valeurs du TGB. Mais tout cela n’est pas audible, d’autant que nous sommes la seule équipe du championnat à devoir jouer à huis clos ce week-end. »

Comme Romuald Yernaux, le coach des Flammes Carolo, l’ancien sélectionneur de la Suède de pose désormais la question de la suspension de la saison 2020/21.

« La sagesse irait dans ce sens. On continue de payer les salaires (14 personnes au club), les arbitres, il faut pouvoir proposer des choses à nos partenaires, mais nous n’avons aucune recette. Ce n’est pas tenable. On joue aujourd’hui car on s’y est engagé. Mais dès demain, on va très sérieusement se pencher sur une poursuite ou non de la saison avec le bureau du club. On va en parler à la Ligue mais continuer dans ces conditions, c’est poursuivre une volonté suicidaire mais moi j’aime la vie. […] »

Le huis-clos, qui se généralise partout en France, pourrait sonner le glas de la saison 2020/21. Ou au moins marquer une longue pause…

 

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires