11/42 aux tirs depuis le début de saison : les choix de Matt Mitchell (Strasbourg) interrogent

3/15 contre Cholet, 4/13 face à Tallinn, 4/14 à Bourg-en-Bresse… Depuis le début de la saison, Matt Mitchell shoote beaucoup, et souvent à travers. Explosif, très actif (au point d’aller claquer une claquette dunk au buzzer en BCL), cohérent défensivement, ce poste 4/3 présente indéniablement un vrai potentiel mais  va devoir largement améliorer sa lecture de jeu et gagner en sobriété afin de devenir efficace dans le basket européen.

Rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’il découvre actuellement un nouveau monde, lui le rookie tout juste diplômé de San Diego State. Mais pour une action d’éclat contre Kalev-Cramo, combien de fois l’a-t-on vu baisser la tête et tenter sa chance à mi-distance, sans réussite, court-circuitant ainsi le collectif alsacien ? On ne peut certes exiger une réelle maîtrise d’un joueur de 22 ans mais le Californien joue beaucoup à cause des blessures (28 minutes de moyenne) et ses carences sont d’autant plus visibles. Interrogé à son sujet à l’issue du revers à Ékinox (57-65), son entraîneur Lassi Tuovi en est le premier conscient.

« Il faut faire en sorte qu’il prenne confiance car on l’a fait venir pour qu’il soit un scoreur. Je dois protéger Matt car avec les blessures de Jarell Eddie et Ike Udanoh, il joue poste 3, il joue poste 4 et il n’a que 22 ans… C’est la première fois qu’il arrive à l’étranger. Il est évidemment dans le brouillard, chaque jour est un nouveau défi pour lui. Mais ça ne veut pas dire que ce qu’il fait est OK. Il doit faire preuve d’une meilleure sélection avec ses shoots car encore ce soir (samedi), certaines de ses décisions dans le quatrième quart-temps n’étaient pas intelligentes. Nous devons bien sûr l’aider mais nous voulons aussi obtenir plus de sa part. »

À Bourg-en-Bresse,

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires