Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Les princes de Betclic ÉLITE : l’AS Monaco de nouveau sacrée championne de France !

Betclic ÉLITE - Expéditive à l'Adidas Arena (115-76), après avoir démarré par un 19-0, l'AS Monaco a conservé sa couronne nationale en s'offrant son deuxième titre de champion de France ! La Roca Team a battu Paris 3-1 en finale du championnat.
Les princes de Betclic ÉLITE : l’AS Monaco de nouveau sacrée championne de France !

L’AS Monaco conserve son titre national !

Crédit photo : Julie Dumélié

Dans l’obscure salle de presse de Gaston-Médecin, le débat faisait rage une heure après la défaite de l’AS Monaco lors de l’Épisode 2. Qu’avait-bien voulu dire Sasa Obradovic, furieux de la débâcle des siens, en lâchant « We are gonna play five games » avant de quitter les lieux. La traduction littérale est claire : « On va devoir jouer cinq matchs. » Mais étant donné que le niveau d’anglais du technicien monégasque peut parfois être soumis à une libre interprétation, peut-être voulait-il signifier qu’il allait falloir se préparer à disputer cinq rencontres. Car il est vrai qu’une telle phrase de la part d’un coach serait absolument invraisemblable, dans la mesure où il signifiait clairement que son équipe allait perdre une fois à l’Adidas Arena.

Un 19-0 pour démarrer !

+40 de +/- pour Mam’ Jaiteh ce mercredi, royal dans la raquette (photo : Julie Dumélié)

Après, comment s’attendre à cela ? Comment anticiper ce que l’on a vécu ces trois derniers jours aux abords de la Porte de la Chapelle ? Que l’AS Monaco soit sacrée championne de France, certes, cela ne relève pas de la surprise. Mais dans de telles proportions, qui aurait pu l’imaginer ? 72 heures après avoir giflé le Paris Basketball une première fois (88-59), la Roca Team a remis le couvercle. Et dans des proportions encore plus humiliantes (115-76). À croire que la Roca Team ne voulait pas simplement prouver qui était la meilleure équipe de Betclic ÉLITE, mais qu’elle avait la volonté de renvoyer le club de la capitale à ses études…

S’il y avait des doutes sur sa capacité à enchaîner deux matchs de (très) haut niveau d’affilée, l’ASM les a balayés en l’espace de 4 minutes et 30 secondes. Un 6-0 de Mike James dans les 49 premières secondes et un inimaginable 19-0 pour démarrer ! De quoi forcer le speaker de l’Adidas Arena à demander aux spectateurs de se relever, eux qui sont censés rester debout jusqu’au premier panier du Paris Basketball. La libération est venue du revenant Collin Malcolm (2-19, 5e minute), mais ce fut bien l’une des seules émotions fortes de la soirée pour le public francilien, avec l’entrée de l’historique Gauthier Denis dans le money-time, réclamée à cor et à cris par le Kop Parisii depuis de longues minutes.

La plus large victoire de l’histoire en finale

Attendu en EuroLeague la saison prochaine, le Paris Basketball a pu voir tout ce qui le séparait du très grand monde. Une gifle qui fera office de leçon, quand bien même l’impact restera absolument historique : jamais une équipe n’avait autant marqué de points en finale du championnat (115), jamais n’avait-on vu une victoire aussi large en finale (+39). À ce niveau de différence, pinailler sur des détails n’aurait rien changé à la conclusion de la soirée mais on ne pourra s’empêcher de demander si le choix de se passer du soldat Leon Kratzer dans la raquette était vraiment le plus judicieux, tant l’ASM a complètement régné dans le domaine (41 rebonds à 20). En conférence de presse, Tuomas Iisalo a d’ailleurs catégoriquement refusé de répondre à la question.

Le trophée reste à Monaco ! (photo : Julie Dumélié)

Reste que la saison du Paris Basketball est réussie, même si l’amertume de la note finale pourra rester en travers de la gorge de certains. Tout le paradoxe est que le débat demeure intact chez les vainqueurs : Mike James a rejoint le camp de Donatas Motiejunas en affirmant qu’elle est juste correcte, Sasa Obradovic a campé sur ses positions, clamant que l’exercice monégasque était un succès absolu. Mais un seul trophée national sur trois est le minimum syndical avec 27 millions de budget, même avec les turbulences financières traversées par le président Aleksej Fedorychev. De la Porte d’Auteuil à la Porte de la Chapelle, ce doublé permet au club de la Principauté de sauver sa saison, même s’il faut savoir pleinement savourer un doublé quand on n’avait encore aucune couronne nationale un an en arrière. D’autant plus que cette AS Monaco là fait un très beau champion, certainement l’un des plus forts de l’histoire. Même si cette finale, marquée par trois corrections, sera restée chiche en émotions, sans cinquième match aussi, n’en déplaise aux prédictions de Sasa Obradovic…

À Paris,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
rogersartet
Alors là gros bottage de fion . 4O pions ça doit être un record sur une finale . Vont-ils refuser l'euroligue et rester en EC .
Répondre
(0) J'aime
allan
Doucement avant de leur tirer dessus à boulet rouge. Il y a une intersaison, et ils vont pouvoir recruter pour se préparer à l'Euroleague. Ça reste un effectif d'Eurocup contre le 3e de l'Euroleague. Et tu oublies autre chose : Ils ont battu une équipe d'Euroleague pour se hisser en finale - et pas sur un match sec. Donnons leur le temps de continuer leur progression.
Répondre
(6) J'aime
guite
Tout a fait. Monaco en 2019 change une énorme partie de son effectif. Ce n'est pas une équipe d'Euroligue aujourd'hui, comme l'ASVEL ne l'était pas l'année avant d'y être
(0) J'aime
samuel92
Il faut effectivement leur laisser du temps et être conscient du travail énorme à réaliser. Paris n'est pas sur le modèle de Monaco qui a pu monter un budget énorme sur la seule présence de Fedorychev. D'après ce que je lis, Schwartz et Kahn n'ont pas les mêmes moyens ni même cette envie. Ils vont essayer de faire monter le budget progressivement et il est quasi sûr que s'ils vont en EL la saison prochaine, ils auront un des tous derniers budgets (si ce n'est le dernier), de même pour la masse salariale sauf partenaire miracle.
(0) J'aime
jc87
La logique a été respectée sur cette finale avec un Monaco trop complet et trop fort pour Paris. Mais ça ne doit pas occulter leurs performances de cette année. Si on leur avait dit qu'ils remporteraient l'Eurocup et la Leaders Cup tout en finissant deuxième du championnat, ils auraient signés de suite et il faut être franc, peu de gens les voyaient faire un tel parcours. Monaco sauve donc sa saison avec ce titre mais à l'instar du PSG au foot qui domine au niveau national grâce a un budget indécent ce n'est pas là qu'on les attendra mais au niveau européen ou la plupart des équipes ont des budgets équivalent ou supérieurs.
Répondre
(1) J'aime
lefreezident
Le parallèle entre le PSG quatari et l'ASM russe, me semble peu opportun, certes les deux écrasent leur championnat respectifs, mais a l'échelon européen, Monaco a déjà caressé du doigts deux fois le titre suprême, et ce avec un budget moindre que les historiques grecs, Turcs et bien sûr espagnol.
Répondre
(1) J'aime
jc87
Monaco a le quatrième budget de l'Euroligue cette année derrière Madrid, Panathinaikos et Milan.
(0) J'aime
lulutoutvert
Monaco avait donc décidé de marquer le coup. Comme quoi le 2e match leur a donné le coup de fouet salvateur pour finir la série. Bravo, ils ont joué comme des champions. Bravo à Paris pour cette belle saison. Ils ont été très souvent agréables à voir, et difficiles à jouer (voir pénibles quand ce fut contre ton équipe). Merci à Paris de nous avoir démontré qu'ils n'ont pas encore un vrai public (hormis quelques vrai fidèles), qui n'a pas la culture du club (ne pas s'asseoir avant le premier panier, même en dépit d'une carence offensive de 5 mns). Maintenant passons à la prochaine saison. Curieux de voir le roster de fou de Monaco. Curieux de voir ce que va devenir Paris (maintenant, ils seront attendus par tous) Curieux de voir comment l'Asvel va essayer de se replacer sur l'échiquier national Curieux de voir si Bourg va continuer sa progression Curieux de voir si la SIG va se relever, si la JDA sera toujours le poil à gratter, si Cholet va continuer sur le même chemin après le départ de Vila, si la JSF saura surpasser le départ de son mentor historique, si Gravelines saura enfin sortir de ses années "moches en dépit d'un budget très intéressant, si le Portel va encore faire un exploit de se maintenir, si le Mans pourra retrouver un vrai statut, si Nancy va performer avec son équipe prometteuse, si Chalon saura se maintenir, si Saint Quentin sera toujours aussi frais, et aussi si la Rochelle sera la bonne surprise de la saison. Et pour Limoges, ben pas besoin d'attendre le début de saison prochaine pour avoir de nombreux rebondissements. Mais oui, curieux de voir si le CSP va enfin pouvoir retrouver un peu de sérenité
Répondre
(4) J'aime
lefreezident
C'est là que l'on se rend compte du gouffre entre l Euroligue et leurocoup, surtout cette saison., de loin au vue des résultats de Paris et Bourg j'avais cette impression que cette compétition n'est pas plus forte que la bcl, , jamais Paris ne gagne contre Malaga ni Tenerife. Bravo pour leur saison néanmoins, mais attention l'année prochaine si la saison commence par 10 défaite en Euroligue, avec des quelques fessées ça peut vite soûler les vip et les spectateurs et vidés leur Aréna...
Répondre
(0) J'aime
anta
Ça fait quelques années que l'Eurocup est plus faible que la BCL. En gros depuis le départ de ses "monstres" (Valence, Bologne, Monaco...) pour l'Euroligue. Il reste quelques bonnes équipes bien sûr, mais ce n'est quand même plus la "C2".
Répondre
(0) J'aime
lefreezident
Monaco même sans son meilleur défenseur et finisseur, Brown et domantas, reste 3 niveau au dessus de la deuxième meilleure équipe de Betclic., Mike James quelle classe, comme le dit Erwan, c'est juste un joueur NBA qui pourrait jouer 25mn pour une franchise, qui s'amuse en proA . Elie okobo, lui aussi pourrait retourner en nba, il a tt en magasin et semble vraiment épanoui. Si les fonds Russo Ukrainien continuent de pleuvoir sur le Rocher, le tree peat est complètement envisageable.
Répondre
(2) J'aime
samuel92
Monaco a fait exploser le Paris Basket sur ces 2 derniers matchs. La Roca Team a semblé au maximum de sa force (malgré des absences) alors qu'à Paris, les joueurs ont semblé dépassés par les évènements sans doute limités par un manque d'expérience et surtout un manque de talents. On peut voir la différence entre le top de l'EL et le top de l'EC mais ca permet aussi de constater l'écart entre la Roca Team et l'ASVEL. Félicitations à la Roca Team, c'était impressionnant à voir en live. Bravo aussi au Paris Basket et merci au staff et aux joueurs, j'ai vécu grâce à eux une magnifique saison de basket, ce qui n'est pas si fréquent en région parisienne ;-) L'atmosphère dans la Adidas Arena était électrique avant le match hier soir et le public est resté derrière l'équipe jusqu'au bout. Coup de chapeau aux Parisii pour leur énergie. Curieux de voir ce que va donner cette intersaison et la prochaine saison mais satisfait d'avoir assisté à cette incroyable saison 2023-24.
Répondre
(2) J'aime
sankara
J'avais un petit doute quand à la présence de Siutat... Apparemment, il ne boycotte pas l'équipe de Monaco ? Un petit problème de mémoire, un début d'Alzheimer ? Hey ? Jean Pierre, un russe à Monaco qui semble-t-il, n'est pas tout blanc, cela ne t'empêche de dormir ? Tes petites désillusions post élection font que tu as de gros trous de mémoire... C'est vraiment une raclure de bidet de JP.
Répondre
(1) J'aime
nofoot
@Bebasket : vous avez fait une erreur dans l'article, vous avez écrit 115 à 76 ... Faudrait vous relire un peu avant de publier
Répondre
(0) J'aime
sankara- Modifié
Répondre
(0) J'aime