Avant son retour à Beaublanc, Sasa Obradovic encense le Limoges CSP

Si Beaublanc saluera surtout le premier retour de Léo Westermann, champion de France en 2015 avec le CSP, et, dans une moindre mesure, celui de Jerry Boutsiele, l’antre limougeaude a également accueilli un autre membre de la délégation monégasque dans le passé. Pour cela, il faut remonter jusqu’à l’année 1993, où Bozidar Maljkovic avait choisi de confier la mène du champion d’Europe à un jeune joueur de 24 ans tout juste sorti de l’Étoile Rouge, Sasa Obradovic.

Rapidement blessé à la cheville, le Belgradois avait eu du mal à enfiler le costume laissé vacant par Jurij Zdovc et avait été remercié dès la mi-octobre (7,6 points à 41% et 3,6 passes décisives en 8 matchs de Pro A). Un passage anecdotique dans une carrière finalement haut de gamme par la suite. Déjà revenu à Beaublanc à plusieurs reprises en tant qu’entraîneur, notamment pour y éliminer le CSP en quart de finale des playoffs en 2019 (2-0), Sasa Obradovic évacue toute question sentimentale mais érige ce déplacement en must-win, dans la quête de la deuxième place, voire de la première, en cas de faux-pas de l’ASVEL mardi… à Limoges.

« Il paraît difficile d’imaginer que l’ASVEL perde son dernier match et laisse filer sa place de premier, alors on doit rester concentrés sur nous. Désormais, on doit garantir notre deuxième position, c’est le minimum. On doit encore se battre, et ce road-trip à Limoges puis Cholet ne sera pas facile. Ce sont deux équipes compliquées à manœuvrer, avec des salles réputées en France et de très bons supporters. Est-ce que ce sera spécial pour moi à Limoges ? Oh, c’était il y a bien trop longtemps…Mais cela fait toujours du bien de revenir, de voir comment le club a évolué, et c’est une ville appréciable. Pendant la saison, j’ai beaucoup aimé ce qu’a fait cette équipe. Pour moi, c’est un groupe bien construit, avec le bon coach à sa tête. Quand Limoges nous avait battu à domicile (73-83), c’était un match très physique, à l’intensité comparable à des matchs d’EuroLeague. C’est une équipe très bien coachée et très physique, on sait à quoi s’attendre. »

 

 

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires