Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Cris de singe dans les tribunes : Badalone s’insurge d’une « accusation infondée de racisme » du Paris Basketball

EuroCup - Alors que Nadir Hifi a dénoncé des cris de singe à l'occasion de la rencontre entre Badalone et Paris, la Joventut s'est fermement élevée contre le tweet de l'ancien portelois, dénonçant "une accusation infondée de racisme qui dévalorise l'image d'un club historique".
Cris de singe dans les tribunes : Badalone s’insurge d’une « accusation infondée de racisme » du Paris Basketball
Crédit photo : Club Joventut Badalona

Après les tweets de Nadir Hifi et Michael Kessens, dénonçant des cris de singe dans les tribunes de Badalone mardi soir lors de la 7e journée d’EuroCup, le Paris Basketball a dénoncé « un discours de haine inacceptable » et a fait part de sa volonté de travailler avec l’EuroLeague et la Joventut afin de « déterminer les prochaines étapes relatives à ces faits afin d’éviter que ce type d’agissement ne puisse se reproduire ».

Malheureusement, la collaboration avec l’institution catalane risque d’être compliquée puisque le club champion d’Europe 1994 dément catégoriquement tout incident à caractère raciste au Palau Olimpic. « Nous tenons à exprimer que nous ne tolèrerons pas qu’une accusation infondée de racisme dévalorise l’image d’un club historique comme le nôtre et remette en question l’intégrité de nos membres et de nos supporters », a ainsi écrit la Joventut Badalone ce mercredi, tout en rappelant, évidemment, son opposition à tout comportement discriminatoire.

Dans un entretien accordé à L’Équipe, Michael Kessens a révélé que plusieurs joueurs du Paris Basketball auraient été la cible « d’injures racistes, de gestes et de cris de singe ». L’ancien intérieur de Cholet Basket indique également avoir entendu le mot « mono » (singe, en espagnol) à plusieurs reprises. Également interrogé par SKWEEK, il a ajouté que ce n’était pas la première fois que de tels agissements se produisaient à Badalone. « C’est dégueulasse, faible, lâche et triste », regrette-t-il, dans les colonnes de L’Équipe.

Saisie par le Paris Basketball, l’EuroLeague évalue la situation et a répété mercredi qu’elle avait « une politique de tolérance zéro à l’égard de tout acte raciste ou de discrimination. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion