« Beaucoup de tristesse » pour Guerschon Yabusele et Vincent Poirier

Battu au bout du suspense par l’Anadolu Efes Istanbul (57-58), le Real Madrid n’a pas su ajouter une onzième étoile européenne à son immense palmarès. Une vraie désillusion, évidemment, pour les Français de la maison blanche.

Guerschon Yabusele : « C’est forcément une déception. On va rentrer en Espagne et on va se concentrer sur la Liga Endesa maintenant. On va apprendre et tirer les leçons de cette rencontre. Ce soir, on a raté nos shoots. Ça arrive, c’est comme ça, on a eu l’inverse contre Barcelone… C’est le genre de matchs qu’on aime, disputé jusqu’au bout. On ne perd que d’un point, c’était très serré. Que dire de plus ? Eux aussi ont raté des shoots mais Micic a été bon… Félicitations à eux. Tout le monde me pose la question sur la dernière possession. Un match ne se joue jamais là-dessus, il peut se passer tellement de choses. La décision était de défendre et d’essayer de prendre le rebond, il nous restait 3 secondes. Ils ont shooté, ils ont raté et on aurait pu avoir le rebond, c’est juste ça… On a suivi ce qui a été dit. […] Moi aussi, j’ai été maladroit aujourd’hui mais j’avais l’impression que chaque shoot que je tentais allait rentrer. J’avais toujours un bon sentiment. Mais ça va aller ! Je suis encore jeune, j’apprends. Je vais rentrer chez moi, tourner la page et progresser.

Vincent Poirier : « On est tristes, on n’a pas été adroits. Et pourtant, on n’est qu’à un point ! Avec de l’adresse, c’aurait été une autre histoire. On a concédé beaucoup de rebonds offensifs, c’est ce qui nous a fait le plus mal. A la fin on n’arrive pas à attraper le ballon pour avoir une chance. Je reste fier de l’équipe parce qu’on s’est battus, on a fait un gros Final Four, on n’a pas démérité, on a montré qu’on était une équipe solide. Après, c’est sur un match, bravo à eux, ils ont gagné. Les tirs ratés, ça fait partie du sport, on est humains, on n’a pas su faire la différence en attaque. Certains shoots étaient ouverts. 57 points marqués, ce n’est pas dans nos standards. Je ressens beaucoup de tristesse. On l’a montré, on était vraiment déterminés pour ramener ce trophée à la maison. »

Propos recueillis à Belgrade,

 

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires