Chima Moneke attendu à Monaco !

Crédit photo : Sébastien Grasset

Remercié par les Sacramento Kings la semaine dernière, Chima Moneke s'apprête à retrouver le championnat de France ! Le MVP en titre de la BCL est d'accord avec l'AS Monaco sur les bases d'un contrat d'un an et demi.

Il était arrivé en France dans l’anonymat le plus complet, rookie à 2 200 euros rapidement coupé par Rouen en 2018. Il va revenir dans la peau d’une star, MVP de Champions League en titre, transfuge de NBA où il a brièvement goûté à son rêve avec les Sacramento Kings (deux apparitions contre Memphis et San Antonio). Après s’être très rapidement positionnée une fois que Chima Moneke a été coupé par la franchise californienne, l’AS Monaco a décroché la timbale. La Roca Team est parvenue à un accord avec l’intérieur nigérien portant jusqu’en juin 2024 et la signature est attendue dans les prochaines heures.

Quand même quelque chose à prouver :
« Certaines continuent à dire que je suis trop petit pour l’EuroLeague »

Son arrivée représente une formidable opportunité de marché, surtout après la mise à l’écart d’Adrien Moerman, mais ne viendra pas combler tous les manques de l’AS Monaco, notamment au niveau du shoot extérieur (17% à trois points en G-League cette saison). Mais pour une équipe encore trop sujette à des sautes d’humeur (pour ne pas écrire qu’elle choisit ces matchs), comme cette semaine le prouve, l’ajout d’un autre joueur hyperactif, sorte de reproduction de John Brown III, ne fera pas de mal. « Il est toujours à fond », nous racontait son ex-entraîneur Laurent Foirest. « C’est un compétiteur né, il ne veut pas perdre, même à l’entraînement. » Véritable avion de chasse sur un terrain, toujours la tête au cercle, rapide et bon finisseur, l’ancien joueur de Manresa possède le profil idéal pour les joutes de Betclic ÉLITE (13,7 points à 63%, 6,5 rebonds et 1,5 passe décisive avec l’OLB). « Sa deuxième partie de saison avec nous a été juste extraordinaire », se souvenait Germain Castano. « Il jouait 4, il jouait 5 aussi tellement il est athlétique, il est capable de se créer des tirs, c’est un finisseur fabuleux. C’est un gros travailleur et il a eu le mérite au quotidien d’être impressionnant. »

Chima Moneke face à l’AS Monaco en février 2021 (photo : Paage Création)

Pendant trois saisons françaises, Chima Moneke (1,96 m, 27 ans) avait considérablement évolué. Son échec à Rouen, dont il garde encore une certaine rancœur, lui a appris la dure loi du professionnalisme mais son exercice rookie, majoritairement passé à Denain, lui avait ensuite permis de gommer une partie de ses déchets et d’améliorer son jeu sans ballon. À Quimper et Orléans, il s’est ensuite progressivement canalisé, lui qui, impatient de nature, avait tendance à se frustrer trop rapidement. « Il est évident que j’ai progressé en France », disait-il cet été. « Ma panoplie s’est agrandie. Mais le facteur déterminant est que j’ai plus confiance en moi. » Des certitudes encore renforcées par son année espagnole, où il a été archi-dominant en Liga Endesa (14,8 points à 53%, 8,4 rebonds et 1,6 interception pour 19,2 d’évaluation), lui qui n’était déjà pas trop sujet au doute : alors qu’il n’était personne en Pro B, il répétait à qui voulait bien l’entendre qu’il jouerait un jour en NBA. « C’était un gamin qui avait des ambitions vraiment énormes mais ça ne ressemblait pas à de la prétention », souligne Rémy Valin. « On sentait qu’il allait se donner les moyens, qu’il avait une vraie confiance en lui, ça ne sonnait pas pareil dans sa bouche que dans d’autres joueurs que l’on peut rencontrer. On voyait que sa confiance allait lui donner le petit plus par rapport aux autres. » Avec la dose de fierté et de caractère soulignée par tous ceux qui ont un jour croisé son chemin… « Il avait déjà une chose : sa détermination et son envie de prouver à la terre entière qu’il a le niveau », ajoutait Alexandre Ménard, au moment d’évoquer ses semaines contrastées en Normandie. Et ça ne va pas changer pour l’EuroLeague. Alors qu’il venait d’accomplir son rêve de signer en NBA, lui-même nous en avait parlé l’été dernier. « Même après ma saison en Champions League, certains continuaient à dire que je répétais que j’étais trop petit pour l’EuroLeague (il rit). Les opinions de certains sont vraiment drôles : comment pourrais-je être trop petit pour l’EuroLeague alors que j’étais dominant en Liga ACB, deuxième meilleur rebondeur ?! Certains personnes sont un peu ridicules. Ça me fait rire, ça ne m’affecte pas. » Il en rit sûrement, ça ne l’affecte peut-être pas mais il gardera tout de même cela dans un coin de la tête pour briller avec l’AS Monaco…

POUR MIEUX CONNAITRE CHIMA MONEKE

En juillet 2022, après sa signature à Sacramento, Chima Moneke avait retracé toute sa carrière en notre compagnie. Ses quatre coachs français (Alexandre Ménard, Rémy Valin, Laurent Foirest et Germain Castano) avaient également livré leur éclairage concernant le joueur. Très instructif, tant d’un point de vue sportif qu’humain. Un article à retrouver ici :

https://www.bebasket.fr/de-la-pro-b-a-la-nba-chima-moneke-retrace-son-incroyable-ascension/

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires