David Andersen : « On peut aller loin ensemble »

Recruter dimanche dernier pour compléter le secteur intérieur, le vétéran David Andersen (2,13 m, 38 ans) a fait une première apparition de qualité avec la SIG Strasbourg ce samedi (6 points à 2/3 aux tirs et 6 rebonds pour 12 d’évaluation en 17 minutes) lors de la victoire de son équipe contre Le Mans ce samedi (77-75). Devant la presse après le match*, l’Australo-Danois est revenu sur ce succès.

« Je me sens très bien ! On se sent toujours bien après une victoire, surtout que c’était un match compliqué contre une bonne équipe. Commencer par une équipe comme Le Mans, être diffusé à la télé ce n’est pas facile et ça met la pression. Je trouve qu’on a montré du caractère ce soir. A la fin, Le Mans est revenu, ils ont eu de très bons tirs et on en a manqué certains qu’on aurait pu réussir. »

David Andersen s’est facilement intégré. Il faut dire qu’il a déjà joué à Strabourg en 2013/14, avec Vincent Collet comme coach, et a depuis été le coéquipier de Nicolas Lang à l’ASVEL. Il est également Australien, comme l’autre recrue Nate Sobey.

« Je viens dans un environnement qui m’est déjà familier, puisque je connais déjà Vincent (Collet) et quelques joueurs. Cela rend l’intégration plus facile. Mes nouveaux coéquipiers sont très bien. On a bossé dur ensemble pendant quatre jours pour apprendre les systèmes. A propos de Nate, je le connais bien. Il est très athlétique, talentueux et comme vous dites en français « il va vite ». C’est un bon gars, très positif et il va vraiment apporter de l’énergie à l’équipe. »

Joueur d’expérience avec un large palmarès, il est confiant sur le potentiel de sa nouvelle équipe. Il a notamment découvert le phénomène Youssoupha Fall.

« Le prochain match est la semaine prochaine donc ça nous laisse le temps de nous préparer ensemble. Dans l’équipe je trouve qu’on a un bon équilibre entre les différents âges et aptitudes de chacun. Youssoupha (Fall) est impressionnant ! Je n’ai jamais joué avec un gars aussi grand. Il rend le jeu plus facile. Je suis content d’être revenu à Strasbourg. Quand mon agent m’a appelé au milieu de mon dîner en me proposant d’aller à Strasbourg, je lui ai dit « ok, laisse-moi juste finir de dîner et on peut en parler ! » Je suis parti le jour d’après. C’est une bonne équipe, et je pense vraiment qu’on peut aller loin ensemble ».

*propos retranscris sur sigstrasbourg.fr

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires