Des tribunes au shoot décisif : Deishuan Booker, la revanche de « l’énigme » du MSB

Quand Deishuan Booker n’a pas répondu aux attentes du MSB, au point de se retrouver envoyé en tribunes après le retour de Kaza Kajami-Keane, Le Mans ne se douterait certainement pas que le natif de Las Vegas aurait autant d’impact sur sa quête de Top 4 cette saison. Le problème pour le club sarthois, c’est que cette influence n’est pas allée dans son sens.

Seulement deux matchs sur huit en 2022 avec le MSB

Rapidement propulsé sur le devant de la scène alors qu’il avait été embauché comme un joueur de complément, trop léger défensivement, Deishuan Booker n’a pas convaincu au Mans (7,2 points à 45% et 3 passes décisives). De fait, hormis la réception de l’ASVEL et un déplacement à… Fos-sur-Mer, le jeune combo-guard a passé le début de l’année 2022 en tribunes : seulement deux matchs disputés sur huit et un statut de joueur surnuméraire au sein de l’effectif d’Elric Delord. « C’est un bon gamin qui reste un peu une énigme pour nous », se rappelait samedi le directeur sportif Vincent Loriot dans les colonnes d’Ouest France. « On ne s’était pas trompé sur son talent offensif, son sens du jeu. Mais il a souffert de l’absence de Kaza (Kajami-Keane). Il arrivait chez nous avec un statut de back-up à une quinzaine de minutes par match. Il s’est retrouvé quasi- starter. Un costume un peu trop large à porter au sein du MSB. Il a manqué de consistance. Il était parfois trop joueur, sans toujours prendre conscience des exigences du poste de meneur titulaire. Il est jeune, un peu boudeur parfois. Il débarque à Fos avec des missions au poste d’arrière. Il a un vrai temps de jeu. Un joueur altruiste qui aime la passe. »

des-tribunes-au-shoot-decisif---deishuan-booker--la-revanche-de--l-enigme--du-msb1648981918.jpegLe MSB restera un coup d’arrêt dans la carrière de Deishuan Booker
(photo : Lilian Bordron)

Logiquement libéré pour le bien de sa carrière, Deishuan Booker a rejoint une écurie moins cotée pour tenter de redécoller, Fos-Provence. Un choix judicieux. Hormis une première sortie ratée à Orléans (-2 d’évaluation), l’ex-sarthois monte en régime (23 points à 7/11 à Villeurbanne, 22 d’évaluation contre Dijon) et bénéficie surtout de la confiance de Rémi Giuitta. « Il représente un vrai relais par rapport à Jamar Diggs », disait son nouvel entraîneur mardi dernier. « Il nous permet d’amener de la créativité dans le jeu, il est très à l’aise sur les pick and roll. C’est un vrai plus pour nous. »

Et Booker se leva au dessus de Johnson-Odom…

De retour à Antarès samedi, l’ancien joueur de Nymburk, Wloclawek et Göttingen allait forcément vouloir prouver des choses. Ça n’a pas manqué. Plutôt complet (13 points à 5/7 et 5 passes décisives), Deishuan Booker a surtout planté la dernière flèche empoisonnée dans le cœur de ses anciens coéquipiers. Alors que les BYers commençaient à trembler avec un 4-0 subi en 10 secondes pour ramener le MSB de 87-92 à 91-92 à l’entame de la dernière minute, le néo-Provençal a pris les choses en main : face à la défense pourtant cohérente de Darius Johnson-Odom, il a monopolisé le ballon avant de se lever à trois points pour faire pencher la balance du côté du promu et considérablement handicaper les chances de Top 4 du MSB. « Book met un beau shoot à la fin », était forcé de reconnaître Kenny Baptiste. Le film de l’ex qui revient crucifier son employeur précédent est un classique mais il fait toujours son petit effet.

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires