Evan Fournier : « Devenir aussi dominants que l’Espagne ces 15 dernières années »

Un mois et demi après la finale olympique de l’équipe de France masculine contre les Etats-Unis (perdue 87-82), Evan Fournier s’est longuement exprimé dans L’Equipe. L’arrière, qui fait partie des cadres des Bleus, est un leader naturel. On l’a ainsi vu rencontrer Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, afin de parler de la place du sport à l’école. Pour lui, la culture sportive française doit également changer d’objectif et vouloir gagner.

« Il faut faire avancer notre culture du sport, arrêter d’avoir peur de l’ambition qui va avec. On a encore trop tendance à mettre les ambitieux dans une case : « ils se la racontent ». Cela freine le développement. Je veux que ça change, et cette équipe peut faire avancer la cause. On n’est impressionnés par personne. »

Après avoir remporté quatre médailles en cinq compétitions internationales, Evan Fournier veut enchaîner et gagner l’or. « Ma vision, c’est de devenir aussi dominants que l’Espagne ces quinze dernières années. C’est notre première finale. Avant Paris, il y a d’autres échéances. » A commencer par l’EuroBasket 2022 l’année prochaine qu’il ne compte pas manquer, évidemment.

« Je veux gagner l’Euro. Ce n’est pas le moment de s’arrêter. On a l’occasion d’enfoncer le clou, de bâtir une dynastie. Cette équipe doit grandir chaque été, avoir envie de se retrouver, revivre ces émotions, réactiver ce qui a fait notre réussite à Tokyo : mettre les ego de côté, aller au combat pour l’autre, avoir cette mentalité de vainqueur. Et recommencer chaque année. C’est une opportunité pour notre sport, mais aussi quelque chose qui peut dépasser le basket, faire avancer le sport en France. On peut donner l’exemple pour toute une génération. On n’a pas le droit de passer à côté de ça. Manquer l’Euro ? Il faut arrêter, c’est en septembre. Tout le monde aura le temps de prendre ses vacances. »

Pour lire l’intégralité de l’entretien, cliquez-ici.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires