Finies les défaites encourageantes, les progrès de Fos-Provence enfin récompensés

Crédit photo : Christophe Canet

Beaucoup plus séduisante depuis le retour de la trêve, l'équipe de Fos-sur-Mer restait pourtant sur sept défaites d'affilée. Ainsi, la victoire contre l'Élan Béarnais vendredi (83-75) a été vécue comme un véritable soulagement par Rémy Valin et ses troupes.

À ce rythme-là, c’est tout Parsemain qui va se mettre à attendre fiévreusement les Fos – Pau. La saison dernière, c’est déjà la venue de l’Élan Béarnais, en février, qui avait permis aux BYers de mettre un terme à une série de sept défaites de rang. Bis repetita vendredi, dans un contexte autrement différent, celui d’un match de la peur contre un concurrent direct au maintien. Après, si oui, encore une fois, l’équipe méridionale a brisé sa mauvaise spirale de sept revers d’affilée face à Pau, les hommes de Rémy Valin avaient initié le chemin du retour vers la gagne depuis de longues semaines. Depuis la trêve de mi-novembre pour être précis.

Comme ses compatriotes Brown, DeVoe et Scott, Garlon Green est encore trop sur courant alternatif (photo : Christophe Canet)

Avant la fenêtre internationale, les BYers avaient de quoi alarmer leurs supporters. Leurs deux dernières sorties avaient été pitoyables. Deux défaites logiques sur le papier, certes, mais terriblement inquiétantes dans le contenu (66-100 à domicile contre Dijon puis 65-94 à Villeurbanne). Comme s’il n’y avait pas d’âme dans cette équipe. Mais tout a changé au retour du break. Quatre matchs où les Fosséens se sont engagés, ont étalé leur progrès, mais n’ont jamais su récolter les fruits de leur travail : trop courts à Strasbourg (76-80), crucifiés en prolongation par Roanne (83-87), pas ridicules à Levallois (85-96) avant le ponpon, un tir miraculeux de 18 mètres de Dominic Artis… C’était mieux, beaucoup mieux, mais ce n’est pas avec des défaites encourageantes que l’on se maintient en Betclic ÉLITE. Alors, quand la roue a enfin tourné vendredi (83-75 contre l’Élan Béarnais), Rémy Valin (qui pouvait difficilement rêver d’un meilleur cadeau pour son 45e anniversaire) avait la mine des jours heureux. « Le sort s’acharnait un peu contre nous ces derniers temps. On sait que ça va être une saison compliquée mais quand on a l’état d’esprit, on a déjà beaucoup de choses. Au cours de cette période compliquée, nous sommes restés solidaires. Le groupe doit encore progresser mais personne ne triche, tout le monde s’investit, et c’est ce qui fait qu’on a pu être proche de gagner à Cholet et que l’on bat Pau. Beaucoup de groupes auraient pu s’effondrer dans ces moments-là. Chez nous, ce n’est pas le cas du tout. »

« Le fait d’enfin valider le travail peut nous donner
un vrai élan pour la fin de l’année »

Un peu trop nerveux lors de l’entame de match (15-25, 9e minute), les Provençaux se sont progressivement libérés au fil de la soirée, boostés par l’une des meilleures séquences de la saison d’Allan Dokossi, qui aurait dû être dans le camp d’en face. Enfin souriant en conférence de presse, l’ex-futur béarnais a confirmé les propos de son coach. « Une saison, c’est très long ! C’est sûr qu’il y a des hauts et des bas mais Fos a toujours été connu pour avoir un groupe de joueurs plutôt cool ensemble. Franchement, on a des gars super, qui bossent au quotidien. Malgré les résultats précédents, on essaye de s’entraîner, même si ce n’est pas facile tous les jours, mais on reste soudés au quotidien. » L’enfant de Clichy-sous-Bois a fait partie des belles satisfactions de la soirée, au même titre que la confirmation de la nouvelle envergure de Dylan Affo Mama (16 points, 4 rebonds et 3 interceptions) et de la superbe solidarité défensive affichée. Mais bien sûr, pour un groupe qui continue de flirter avec la zone rouge (3v-9d), il reste encore énormément d’imperfections à gommer : la propreté dans le jeu (17 balles perdues) et un casting d’Américains qui peine à convaincre, rongé par l’irrégularité, le massif Shevon Thompson mis à part (surtout qu’il est Jamaïcain !). Sauf que vendredi, il fallait une seule chose, gagner, et Fos-Provence a su le faire. « Les joueurs le méritaient », clame Rémy Valin. « Les gens ne le voient pas mais ça fait un mois qu’ils travaillent, qu’ils ne lâchent pas et qu’ils ont toujours les bonnes attitudes. Depuis le retour de la trêve, on est vraiment mieux. Je suis vraiment heureux pour eux car leurs efforts sont récompensés. Le fait d’enfin valider le travail et la dynamique de groupe peut nous donner un vrai élan pour les trois matchs qui restent cette année. » Surtout que la prochaine sortie sera tout aussi cruciale, contre une autre équipe de sa catégorie. Vendredi prochain, le SLUC Nancy vient à Parsemain, et Fos ne pensera qu’à bonifier ce nouveau départ.

Fos soulagé, l’Élan Béarnais bon dernier

À Fos-sur-Mer,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires