Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Frédéric Sarre (Bourg) : « Douze joueurs avec un rôle important dont une incertitude pour Darel Poirier »

Frédéric Sarre, directeur sportif de la JL Bourg, s’est exprimé, dans une interview accordée au site officiel du club, sur le recrutement effectué, l’effectif en place et les forces en présence pour pouvoir attaquer une saison définitivement différente, aux ambitions toujours élevées. 

La saison 2020/21 s’annonce riche pour Bourg-en-Bresse et possiblement éreintante, du fait de la multitude de compétitions à disputer. Pour anticiper cela, les dirigeants ont donc préféré constituer un groupe de douze joueurs plutôt que onze, même si un doute subsiste. De quoi pouvoir être compétitifs sur tous les tableaux, car les ambitions sont élevées, comme l’a évoqué Frédéric Sarre :

« On restera sur douze joueurs. On a longtemps hésité avec la possibilité de partir à onze ou douze. La première option était plutôt d’avoir onze joueurs, mais le recrutement des différents joueurs et de leurs caractéristiques et également la multitude de compétitions dans lesquelles on va être engagé, entraînant une répétition des matchs, nous a convaincus d’aller sur un groupe de douze. Cela pour être en mesure d’avoir une équipe compétitive sur tous les tableaux, que ce soit le Championnat de France ou l’EuroCup en se donnant la chance d’aller au Top 16, la Coupe de France et la Leaders Cup qu’on espère aussi aller jouer. Avec cette multitude de dates, des temps de récupérations moindres et la fatigue, nous avons été confortés dans l’idée d’être douze. En plus, ceci doit nous permettre de couvrir et pallier tous les petits pépins physiques puisqu’on aura des joueurs qui auront la capacité d’évoluer sur différents postes. »

« La première chose est que c’est un vrai bonheur de pouvoir participer en tant que club à cette compétition-là (EuroCup). C’est une sorte de reconnaissance du travail accompli et je pense que le club, le staff, tout le monde et vraiment tout le monde le mérite. […] J’espère que cela nous aidera à grandir et à emmagasiner de l’expérience pour pouvoir le reverser en LNB. […] Si on fait le Top 16, on participera jusqu’en février, sinon cela s’arrêtera en décembre. À ce moment-là il faudra donc utiliser cela pour le Championnat, la Coupe de France si on y est toujours et voire la Leaders Cup si on se qualifie. »

« Cette année, on avait 98 % voire 100 % de chance de les jouer et suite à la crise sanitaire, nous n’avons pas eu l’occasion de jouer ces Playoffs. Bien évidemment, l’un des objectifs sera d’y goûter pour continuer à grandir dans notre Championnat de France. […] Le plus important dans une vie de club, c’est son championnat domestique, soit pour nous la LNB. C’est celui qui vous permet de voir un peu le futur. »

Polyvalence et complémentarité

Revenant sur les recrues de l’intersaison, Frédéric Sarre a répété à quel point il était important pour le club de recruter des joueurs capable d’évoluer à deux postes minimum. En cas de blessé, il sera ainsi plus simple pour le coach, en l’occurence Savo Vucevic, d’effectuer des rotations. C’est notamment le cas pour Luka Asceric, qui bénéficie également du statut tant recherché de JFL et une connaissance non négligeable du championnat de France :

« L’idée d’avoir Luka est qu’il a la caractéristique d’être polyvalent dans les postes de jeu. Quand il était en France au début de sa très jeune carrière (NDLR : Lille de 2015 à 2017 puis Hyères-Toulon en 2017-2018), il avait cette faculté de jouer sur le poste 1. Maintenant il mesure 2,02m ce qui lui donne l’aptitude de jouer sur les postes 2 et 3. Cela répond aux paramètres que j’ai déjà cités, avoir des joueurs polyvalents, pouvant pallier des blessures, avec un niveau de jeu à peu près identique sur les différents postes. D’autant plus, il fait partie des joueurs jeunes JFL (Joueur Formé localement). C’est important pour nous afin d’avoir l’ouverture envers ce type de profil et donc c’est une vraie volonté d’avoir un joueur de ce style-là. »

Concernant les deux recrues phares du mercato Burgien que sont Kadeem Allen et Thomas Scrubb, Frédéric Sarre a expliqué avoir voulu passer un véritable cap sur les postes extérieurs. Et cela sans oublier de recruter des joueurs qui, sans forcer marquer 30 points par rencontres, seraient capable de s’intégrer au style de jeu et à la continuité instauré à Bourg depuis plusieurs saisons maintenant :

« Ce qui nous a conduits dans notre réflexion était qu’il y ait au moins pour deux postes, que sont le combo-guard (meneur arrière) et l’ailier, un niveau de jeu supérieur que ce qu’on pouvait avoir précédemment. Kadeem et Thomas sont donc ces deux joueurs. […] La difficulté était de trouver un joueur qui n’empiétait pas trop sur Zack (Wright) et pas trop sur Danilo (Andjusic). En plus, il y a Hugo qui est là et qui a montré qu’il s’adaptait très bien à la LNB. Il ne faut pas l’oublier, car il aura un rôle prépondérant. Kadeem a alors ces atouts pour s’insérer parfaitement dans cet espace. J’y crois sincèrement et je l’espère même fortement. […] Pourquoi Thomas ? C’est un peu comme pour le cas de Kadeem avec la liaison entre Zeko et Danilo, il nous fallait quelqu’un dans cette partie de l’équipe qui nous mette du lien et qui ait la polyvalence sur plusieurs postes. Thomas a la particularité d’avoir un peu de conduite de balle, d’être grand, d’être engagé et de pouvoir jouer à la fois au poste 3 et au poste 4. Dans la même pensée, pour revenir à la construction d’équipe à douze, afin de pallier les petits bobos, il peut glisser sur ces différents postes, voire même grâce à sa vitesse, aller sur le poste 2. […] Le souci principal était de trouver cet équilibre général. »

Période d’essai pour Darel Poirier

C’est le grand point d’interrogation dans la formation burgienne version 2020/21. L’état de santé de Darel Poirier qui, blessé aux hanches, a profité des installations de l’Ekinox pour se remettre sur pied. À l’approche de la reprise, l’inquiètude est toujours de mise, c’est pourquoi il bénéficie d’une période d’essai, « au cas où » selon le directeur sportif du club. 

« Durant le temps qu’il a passé avec nous, il a montré qu’il était intéressant en tant qu’Homme. […] Il peut donc être un potentiel intéressant et une surprise. Néanmoins, nous ne sommes pas totalement sûrs, aujourd’hui, de sa capacité à pouvoir tenir le rythme, physiquement, mais pas en termes de basket, car là on est convaincu. Je pense qu’il y a une nécessité de lui tendre la perche et de lui donner une chance de réussir. Ainsi, c’est logiquement qu’on a décidé pour lui une période d’essai pour savoir s’il pourra répondre à nos attentes et s’il pourra “subir” le choc de la reprise. On l’utilisera mais s’il n’a alors pas les aptitudes momentanées, on ne prendra pas de risque important. L’objectif n’est pour autant pas de le faire venir pour rien, mais bien de tenter de construire l’équipe avec lui. »

Dans la raquette, comme à l’extérieur, la polyvalence est de mise. La paire de poste 4 formée de Peacock et Pelos peut intervertir avec la paire de poste 5 formée de Daval-Braquet et Poirier. En conclusion, Frédéric Sarre annonce : « Avec notre groupe, on pourra donc avoir douze personnes efficaces, impliquées et performantes qui donneront une intensité maximale. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion