La dernière faute de Roanne, « de la connerie pure » selon Jean-Denys Choulet

Crédit photo : Loic Wacziak

Ce samedi, Roanne se déplaçait sur le parquet du SLUC Nancy Basket. Les Roannais ont livré un match de titans dans un Gentilly en fusion mais se sont finalement inclinés sur le fil après prolongation (103-102) face au promu en Betclic ÉLITE.

« C’était un match qui était surligné dans le calendrier », a déclaré le coach nancéien Sylvain Lautié en conférence de presse d’après-match. Ce samedi soir, Nancy et Roanne ont offert au public de Gentilly un beau spectacle. Un spectacle tourné vers l’offensive et qui a tenu en haleine le peuple nancéien jusque dans les derniers instants. Malheureusement, « la pièce n’est pas tombée du bon côté » pour les Roannais. À huit secondes de la fin, le rookie Silvio De Sousa (notre photo) a commis une faute incompréhensible sur l’ultime remontée de balle nancéienne et a vu Caleb Walker transformer le lancer de la gagne avant que Stephane Gombauld réalise son septième contre de la soirée sur Stefan Moody pour l’emporter. En conférence de presse, Jean-Denys Choulet n’a pas mâché ses mots.

« C’est la première fois que Foster ne rentre pas un seul tir à trois points (0/4) mais comment peut-on faire faute à huit secondes de la fin ? C’est de la connerie pure ! Cependant, je ne peux pas en vouloir à mes joueurs de rater tel tir comme de perdre dix balles, c’est peu. Mais on les perd par séquences et cela fait mal. Mais nous avons surtout manqué de lucidité, quelques fois. Encore une fois, la pièce n’est pas tombée du bon côté », a commenté Jean-Denys Choulet dans les colonnes du Progrès.

Dans un match attendu entre deux équipes phare de la Pro A des années 2000 et qui n’avait plus eu lieu depuis 8 ans dans l’ÉLITE, Roanne s’est incliné pour la quatrième fois de la saison à l’extérieur. Les Roannais peuvent s’en vouloir d’avoir raté le coche en première mi-temps, mais n’ont pas été assez lucides et ont manqué d’adresse à des moments clé de la rencontre, où tout s’est joué sur des détails comme l’a souligné Maxime Roos face à la presse. « Oui, il y a cette faute aux lancers mais on doit tous apprendre de nos erreurs, moi compris », a également souligné Maxime Roos après coup. En attendant, la Chorale de Roanne va se reposer et profitera de la fenêtre internationale pour travailler avant la réception du Paris Basketball le 20 novembre à la Halle Vacheresse tandis que le SLUC Nancy tentera d’enchaîner sur la côte d’Opale face au Portel, le 18 novembre.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Tetard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires