Jonathan Rousselle : « On s’est pris un mur en première période »

Samedi soir, le Limoges CSP s’est faite sortir par la SIG Strasbourg en demi-finale de la Leaders Cup. Après avoir marqué 98 points vendredi contre Nanterre, l’équipe de François Peronnet n’en a mis que 63. La faute à la défense des Alsaciens, très physique, surtout en première mi-temps (28 points marqués). Le meneur limougeaud Jonathan Rousselle est revenu sur cette défaite devant la presse après la rencontre*.

 « On paie un peu notre première période. On fait les efforts pour revenir. Il y a eu un défi physique qui nous a été proposé. C’est souvent ce qui se passe quand il y a une équipe en réussite et qui a de forts attaquants, comme la nôtre. L’équipe adverse essaie de contrecarrer cela en étant plus physique et en durcissant le jeu. C’est logique. On s’y attendait. Mais ça nous a peut-être quand même un peu surpris parce que le match d’hier (vendredi contre Nanterre) ne nous a peut-être pas fait de bien dans ce sens-là… On était peut-être un peu en « surconfiance ». On s’est pris un mur en première période. Il a fallu se remettre dedans en deuxième. Derrière, on a manqué de réalisme. On avait une fenêtre de tirs sur la fin. Il y avait la place… On a de regrets, même si on n’a pas lâché. »

En 5 jours, Limoges a donc perdu l’occasion de remporter deux trophées cette saison. Il ne reste plus que la Jeep ELITE.

*propos retranscris sur Sport24.fr

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires