Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

« La honte » : la colère de Denain après une erreur d’arbitrage dans les dernières secondes (vidéo)

Pro B - Vaincu par Poitiers à domicile (70-72), Denain s'estime lésé par l'arbitrage. Un coup de sifflet malheureux a effectivement annulé l'égalisation de Neftali Difuidi à 8 secondes du buzzer final. Rémy Valin et le club nordiste ont exprimé leur colère.
« La honte » : la colère de Denain après une erreur d’arbitrage dans les dernières secondes (vidéo)

Neftali Difuidi s’est vu refuser le panier de l’égalisation à la suite d’une erreur malencontreuse de Sébastien Bourgeois

Crédit photo : Denain Voltaire

Sur les coups de 00h37 ce samedi matin, Denain a dégainé un communiqué officiel. Un horaire incroyablement tardif qui témoigne de la forte colère du club nordiste. « Les décisions arbitrales ont si lourdement pesé sur la fin de rencontre et son résultat qu’elles ne peuvent rester sous silence », écrit Voltaire.

« Je suis super en colère »

En cause, un marcher de Luka Rupnik – « manifeste » selon Denain, beaucoup moins en réalité – avant le tir décisif d’Ivan Ramljak puis surtout un coup de sifflet malencontreux à 8 secondes de la fin de match, pendant que Neftali Difuidi armait le shoot de l’égalisation contre Poitiers (70-72). Avec 11,2 secondes à jouer et 2,2 secondes sur l’horloge des 24, l’ancien ailier de Saint-Quentin a shooté rapidement depuis le corner (après un écran mobile de Zena Edosomwan, qui aurait pu être sanctionné) mais a manqué la cible, captant toutefois son propre rebond pour remettre les compteurs à zéro. Sauf que Sébastien Bourgeois, l’un des trois arbitres du soir, a eu un réflexe malheureux, certainement après avoir entendu le buzzer des 24 secondes, et a sifflé, peut-être pour signifier la fin de la possession alors que le premier tir avait manifestement touché le cercle.

Après recours à la vidéo, les officiels ont décidé d’annuler le panier pour accorder une nouvelle possession à Denain, gâchée à 3-points par Difuidi cette fois. Une défaite au fort goût d’amertume pour le club nordiste, à l’image de la terrible colère manifestée par Rémy Valin et Neftali Difuidi, retenu par Jayson Tchicamboud à l’encontre du corps arbitral. « Après la rencontre, l’arbitre a reconnu son erreur de jugement », ajoute Denain dans son communiqué. « Ce qui ne permet pas au club de déposer une réclamation qui serait irrecevable et qui lui coûterait en plus 1 000€ dès lors qu’il n’y a pas d’erreur sur le règlement. Denain Voltaire déplore cette erreur qui pourrait avoir des conséquences sur la suite du championnat. Les clubs peuvent faire l’objet de recadrages administratifs et financiers mais n’ont pas à subir ces décisions unilatérales à effet non rétroactifs et soumises à aucune instance de contrôle et de recours. »

La réaction de Rémy Valin

« L’arbitre sait qu’il a fait une erreur. On ne peut pas siffler : il a le rebond offensif, il nous laisse jouer, c’est tout. L’erreur a de grosses conséquences. On ne peut pas faire une erreur pareille. . Il siffle les 24 secondes alors que la balle a touché le cercle. Et l’injustice, c’est qu’on met le panier derrière ! […] Je suis super en colère. L’erreur est humaine, il faut accepter que le corps arbitral fasse des erreurs mais à ce moment là du match, celle-là est énorme. Il faut s’en remettre. Mais je suis vraiment en colère. »

Victorieux la semaine dernière grâce à trois lancers-francs accordés à Chris Lykes (dont l’avenir semble incertain dans le Nord) à 30 secondes du buzzer sur une faute litigieuse de Paul Billong, Denain a cette fois inversé les rôles, dans une situation certes beaucoup plus flagrante. Désormais 14e de Pro B (9v-12d), le club du Hainaut avait une prolongation qui lui tendait les bras face au PB86 mais doit laisser les Pictaviens s’échapper (11v-10d), avec le bon wagon des playoffs. « La honte », a tweeté Mehdi Chalah, le GM denaisien.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
vinnie
Y a clairement faute offensive avec cet écran mobile du pivot de Denain
Répondre
(1) J'aime
coquio86
exact mais ça denain ne dit rien!! ETONNANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
bernar
La balle touche le cercle donc le chrono doit redémarrer à 0 .
Répondre
(0) J'aime
coquio86
exact mais l'arbitre a sifflé et vous rend la balle que vous avez gaché!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
platoche79
Pas 1 mais 2 fautes d'arbitrage, car il y clairement faute offensive, du pivot, sur Kévin Harley.
Répondre
(0) J'aime
coquio86
Exact
Répondre
(0) J'aime
boyer23
et la semaine dernière l'arbitre vous donne le match mais vous n'êtes pas venu le reconnaitre donc .....
Répondre
(0) J'aime
coquio86
Exact car 3 lancés pour lykes alors qu'il n'y avait pas faute!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
coquio86- Modifié
LA FAUTE OFFENSIVE SUR HARLEY SUR CETTE ACTION NON SIFFLEE!!!!! IL SE FAIT LITERALLEMENT EXPLOSER PAR LE NUMERO 15!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! SCANDALEUXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
coquio86- Modifié
VOUS FERIEZ JOUER UN PEU PLUS VOTRE AMERICAIN LYKES VOUS N'EN SERIEZ PAS LA AU CLASSEMENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
(0) J'aime
jeanluc
Mais quelle mauvaise foi ! 1) il y a un écran mobile non sanctionné sur Harley qui se fait littéralement défoncer 2) argumenter sur un marcher de Rupnik alors que TOUS les joueurs passent leur temps à marcher sur réception de balle notamment 3) et on ne parle pas ici des nombreux rebonds offensifs pris par Denain dans le 4è quart temps par leur poste 5 qui a fait de la raquette sa maison. Règle des trois secondes ? Quoi ça ? Bref, venir pleurer sur UNE décision d'arbitrage malheureuse qui n'aurait pas donné la victoire à Denain mais leur aurait juste permis d'égaliser, avec encore quelques secondes à jouer pour Poitiers. Franchement, M. Valin, penchez-vous plutôt sur l'incroyable nullité de vos hommes dans le premier quart-temps, ça explique certainement plus votre défaite que ce coup de sifflet particulier.
Répondre
(0) J'aime