La pépinière de Vichy épate : « Notre volonté est de faire émerger des jeunes joueurs »

Crédit photo : JA Vichy

Avec la 15e masse salariale de Pro B et la plus jeune moyenne d'âge, la JA Vichy caracole pourtant en tête du championnat, toujours sur le podium. Pourtant, l'équipe menée par Guillaume Vizade n'a pas d'autre ambition que de "faire la meilleure figure possible", tout en se voulant un tremplin pour les jeunes.

On parle beaucoup, logiquement, de Saint-Quentin, le leader de la Pro B qui étonne par sa régularité depuis l’arrivée de Julien Mahé en 2020. On parle aussi de l’Élan Chalon, certainement toujours le favori actuel pour la montée en Betclic ÉLITE. Mais on parle bien moins de la JA Vichy, le dernier larron du podium, surprenant troisième avec sa classe biberon. « Nous avons la plus jeune basse moyenne d’âge du championnat avec moins de 23 ans », rappelle l’entraîneur Guillaume Vizade, tout juste nommé à la tête de l’équipe de France U20. Un calcul actualisé donne plutôt 24 ans, total largement rehaussé par la seule présence de Charles-Henri Bronchard (40 ans), mais l’idée est là : l’équipe auvergnate brille avec des minots.

Noah Penda, 18 ans depuis le 7 janvier, est déjà largement responsabilisé chez un gros bras de Pro B (photo : Charlotte Geoffray)

Léopold Delaunay, Assemian Moularé, Mamadou Guisse, Noah Penda : ils sont quatre nés après 2001. Déjà doté d’un rôle important (17 minutes de moyenne), Noah Penda vient même tout juste d’entrer dans sa majorité. Le reflet d’une politique assumée dans l’Allier (avec les exemples Romuald Morency, Antony Labanca ou Mehdy Ngouama dans le passé), mais encore renforcée cette saison. Avec une immense réussite pour l’instant, certifiée par ses onze victoires en quinze rencontres, même si Guillaume Vizade ne veut pas tirer de plans sur la comète. « On regarde match après match. L’ambition de la JAV est d’être un club stable de la division et de faire émerger des jeunes joueurs. Nous avons la volonté d’avoir un basket de relance, avec de l’agressivité et de l’intensité. Nous voulons regarder toutes les équipes dans les yeux. »

« Nous sommes contraints de faire des paris à tous les niveaux »

Le parcours de Vichy est encore plus impressionnant lorsqu’on met en corrélation les résultats sportifs avec les finances du club, simple 12e budget et 15e masse salariale de Pro B. Manière de dire que le projet jeunes est autant désiré par Guillaume Vizade, formateur assumé, que contraint par les moyens de la JAV. Ce qui se traduit jusqu’aux recrues étrangères, souvent des sans-grade à l’échelle de l’antichambre, comme ce joueur, Tray Boyd III, subtilisé en Nouvelle-Zélande, qui se révèle être le deuxième meilleur marqueur du championnat. « Nous sommes contraints de faire des paris à tous les niveaux. Sur les jeunes joueurs, en étant plutôt orienté sur le potentiel qu’ils peuvent avoir avec la question de savoir s’ils peuvent réellement le transférer, et sur les joueurs étrangers, en espérant qu’ils se révèlent. Aujourd’hui, les tops joueurs de Pro B sont inatteignables financièrement pour nous. L’écart type s’est creusé en Pro B ces dernières années. Avec la 15e masse salariale du championnat, un budget limité de la seconde partie, on construit avec nos armes à nous, en voulant faire la meilleure figure possible. »

L’exemple Léopold Delaunay

Prêté par Cholet Basket depuis 2021, Léopold Delaunay est l’un des bénéficiaires actuels du tremplin offert par Vichy. Ancien capitaine des Espoirs de CB, issu de la même génération que Killian Hayes, le double champion de France cadets était barré au niveau pro dans les Mauges mais a su trouver un terrain d’expression à Pierre-Coulon, avec 18 minutes de moyenne l’an dernier puis une vraie explosion cette saison (10,3 points à 55%, 4,5 rebonds et 2,9 passes décisives pour 14,1 d’évaluation en 24 minutes). « Cette année, c’est à moi de prendre mes responsabilités », dit-il. « Je le sais et je l’assume. Ça ne pourra que m’être bénéfique pour la suite. »

Delaunay se développe à la mène cette saison (photo : Antoine Bodelet)

Polyvalent, capable de remplir toutes les cases, l’enfant de Jallais est même en train d’ajouter une corde à son arc en se développant sur le poste 1, comme l’explique Guillaume Vizade. « Léopold assume un rôle qu’il n’a jamais trop eu par le passé, même quand il était Espoirs à Cholet : à savoir tenir la mène. Il évoluait plutôt sur les postes 2 et 3. Cette saison, l’une des choses que l’on voulait faire avec lui, c’était qu’il joue meneur, pas en permanence mais par séquences. Il est capable de faire des choses très intéressantes et peut s’exprimer dans divers secteurs : proche du cercle, au rebond, à la passe, défensivement. Il a une tête bien faite, ses prises de décisions s’améliorent de match en match. » Soit une situation de « win-win-win » entre le joueur, Vichy, à court-terme, et Cholet, à partir de la saison 2023/24…

 

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires