Lassi Tuovi : « Le fait d’avoir joué petit en défense nous a permis de gagner »

Après deux défaites de suite, la SIG Strasbourg a retrouvé la victoire ce mardi, à domicile contre Le Mans (89-81). Une victoire qui valide la place des Alsaciens en playoffs. Ce match aura permis à l’équipe de Lassi Tuovi de retrouver son meneur John Roberson mais aussi une identité de jeu plus conforme à ce qu’elle produit habituellement :

« On a retrouvé notre identité durant la première mi-temps après avoir mal commencé le match, a commenté Lassi Tuovi*. Et dans la deuxième mi-temps, Le Mans a démontré en quoi on est des équipes similaires. Ils ont utilisé nos armes et ça nous a surpris. Selon moi, la clé du match, ce sont les 20 balles perdues qu’on leur a provoquées. C’est une des meilleures équipes en termes de passes décisives et ils en ont seulement 13.  C’est le fait d’avoir joué petit en défense qui nous a permis de gagner ce match.

Après l’entame de match compliquée, j’ai changé un peu la composition et la rotation. Je voulais mettre différentes combinaisons. Je trouve qu’on a retrouvé une nouvelle alchimie avec cette rotation. Yannis Morin a joué avec John Roberson et c’était bien durant la première mi-temps. A la fin, on peut dire que mettre Mitchell en 4 et Amine Noua en 3 était une bonne arme offensive. On avait testé l’inverse il y a quelques semaines. Amine jouait en 4 et Matt Mitchell en 3. On n’avait pas vraiment trouvé de connexion alors que ce soir Amine Noua et Matt Mitchell l’ont clairement trouvé. Je suis vraiment content pour ça car ils étaient un peu perdus lors des derniers matchs et là je pense qu’on a trouvé une bonne balance ! Amine Noua a été exceptionnel dans les moments cruciaux du match. Dans cette rotation à 10 joueurs, l’essentiel est que chacun connaisse son rôle.

Sur le terrain, la volonté des joueurs est tellement présente que ça peut paraître parfois fou. C’est un peu la philosophie que j’ai amenée. J’aime quand les joueurs ont la liberté de venir sur le terrain et de mettre du rythme et de l’intensité. Mais quand on enchaîne trois pertes de balles, je comprends que cela peut paraître désorganisé. L’équipe fait quand même 17 passes décisives. On ne peut pas changer notre identité, mais à certains moments, il faut qu’on soit plus intelligent. »

Strasbourg va maintenant préparer son match de samedi à Pau. Avec le sentiment de revanche après la finale de Coupe de France mais aussi la volonté de finir le mieux classé possible dans la perspective des playoffs.

*propos retranscris sur sigstrasbourg.fr

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires