Le Portel confirme encore et encore ; « On a montré notre identité »

L’ESSM Le Portel a réalisé une bonne opération en dominant Nanterre 87-71 à domicile mardi soir. Une victoire au Chaudron qui permet aux Portelois de souffler un peu dans la lutte pour le maintien, l’Etoile Sportive Saint-Michel comptant désormais deux victoires d’avance sur le premier relégable, Champagne Basket. L’entraîneur Eric Girard parle d’une victoire collective : 

« On a montré qui est pour nous la seule façon de survivre en première division, c’est de défendre. Et quand on laisse une équipe à moins de 70 points, – 71 à la fin, mais on va dire 70 points contre une équipe aussi talentueuse que l’est Nanterre – c’est que déjà on est dans le projet et je pourrais rajouter dans le projet collectif parce que ce (mardi) soir, c’est vraiment une victoire collective. Alors évidemment on a des joueuers qui ont un peu plus brillé en termes de stats que d’autres mais tout le monde était investi. C’était mon message dans les vestiaires. » 

Les Portelois se sont bien repris après leur lourde défaite lors de l’Opalico la semaine dernière. Le coach Eric Girard avait trouvé que ses joueurs avaient plutôt bien joué avant de craquer : 

« On n’avait pas été mauvais mais on avait été je dirais même très bon contre Gravelines. Mais eux ils ont pu tenir à ce niveau très élevé 40 minutes et nous pendant 2-3 minutes on s’est un peu désunis ».

« Tout est possible avec cette équipe » 

L’entraîneur en a également profité pour parler de la satisfaction de voir ses joueurs progresser : 

« Vous savez, pour un coach ce qu’il y a de superbe c’est le fait de voir de son équipe progresser, c’est de voir les individualités progresser. Pour moi, un Wojcie (Mathieu Wojciechowski), même si ce soir il était un peu en demi-teinte, mais qui depuis deux ou trois mois monte d’un cran. Un Femi (Olujobi) qui depuis un mois monte d’un cran. Un Luke (Nelson) qui pour moi a fait son meilleur match de la saison. Alors, vous allez me dit qu’il n’en a pas fait beaucoup mais c’est un match important pour lui, pour sa confiance et pour la nôtre. Donc c’est bien, on s’occupe que de nous, même si évidemment on regarde les résultats des autres. Si on fait ce qu’on a à faire on n’aura pas besoin des autres. Pour une septième année consécutive rester au plus haut niveau mais il reste neuf matches, l’idéal serait d’en gagner trois mais tout est possible avec cette équipe-là. »

Il a également noté l’impact du Chaudron dans les résultats : 

« Depuis que je suis revenu avec Arnaud (Ricoux) coacher l’équipe, ça fait depuis deux mois, deux mois et demi que le travail qu’ont fait les dirigeants, le service marketing, billeterie a trouvé les arguments pour ne pas se dire  »on veut remplir mais on veut faire que de l’argent » mais de dire  »on veut remplir ». Et si à un moment donné il faut faire un petit geste pour offrir à des partenaires qui ont été frustrés à des abonnés et faire découvrir Le Chaudron à d’autres personnes, c’est bien. Et vous savez, depuis 3 mois, on est quasiment presque plein ou à guichets fermés. Alors après vous savez il y a plein de clubs, ils peuvent donner les invitations qu’ils veulent, ça sera jamais blindé. Il faut saluer aussi le travail qui a été pour que l’équipe joue devant un public qui nous a manqué, spécialement l’année dernière ».

L’ESSM enchaîne avec un déplacement chez l’ASVEL, ce dimanche à l’Astroballe.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires