L’Élan béarnais candidat à un wild card en EuroCup, Paris pourrait faire de même

En difficulté pour différentes raisons mais toujours ambitieux, l’Élan Béarnais et le Paris Basketball visent grand. Selon nos informations, les deux clubs aimeraient évoluer en EuroCup en 2022-2023. De plus en plus menacée en raison de la réticence des clubs propriétaires et actionnaires de l’EuroLeague, l’EuroCup reste déficitaire mais connait toujours un fort intérêt de la part des clubs français. Pour rappel, la JL Bourg-en-Bresse et les Metropolitans 92 ont pris part à l’édition 2021-2022.

Une première aventure européenne avant l’entrée dans l’Arena pour Paris ?

En début de saison, le président du Paris Basketball, David Kahn, avait fixé le cap : jouer les playoffs et pourquoi pas une Coupe d’Europe à la rentrée suivante. La saison s’est révélée beaucoup moins fructueuse qu’espérée puisque le promu parisien jouera sa survie en Betclic ÉLITE mardi, lors d’un court déplacement à Boulogne-Levallois. Quoi qu’il en soit, la formation parisienne compterait toujours jouer l’Europe à la rentrée, en cas de maintien en première division.

Le directeur des opérations du club, Mathias Priez, nous a indiqué qu’aucun dossier n’a été déposé auprès de l’ECA (l’organisme qui gère l’EuroLeague et l’EuroCup). « Il y a toujours des discussions avec l’ECA et la FIBA comme c’était le cas il y a trois ans, quand ça parlait de l’EuroLeague mais aujourd’hui, ce n’est pas d’actualité », explique le dirigeant parisien, qui réaffirme également le souhait du Paris Basketball de jouer l’Europe à court terme, alors que l’EuroLeague demeure intéressé par le fait de disposer d’une équipe à Paris à long terme. « Jouer une Coupe d’Europe à Carpentier avant l’entrée dans l’Arena (salle de 8 000 places prévue pour 2023) serait un bonus. » Le président du club David Kahn était présent à Bilbao pour le Final Four de la Ligue des Champions (BCL) le week-end dernier.

Dans le Béarn, en revanche, un dossier de wild-card a bien été déposé. Sportivement, l’EBPLO est bien mieux classé, avec une potentielle qualification en playoffs. Le club, dirigé par le groupe d’investisseurs américains CounterPoint Sport Group, a longtemps annoncé une hausse conséquente de sa masse salariale à l’intersaison 2022. Cependant, les récentes révélations faisant état d’un décicit potentiel de 2 millions d’euros à la fin de la saison 2021-2022 ont refroidi les belles projections. 

Plus de clubs français en Coupe d’Europe à la rentrée ?

Outre l’ASVEL et Monaco en EuroLeague, plusieurs clubs français devraient évoluer en EuroCup et en Ligue des Champions (BCL) en 2022-2023. S’il existe des incertitudes au sujet de l’avenir des Metropolitans 92 (englués dans un déménagement entre deux villes), que la JL Bourg se retrouve hors course après sa mauvaise saison en Betclic ELITE, l’EuroCup devrait continuer à solliciter des clubs français, d’autant plus qu’elle est allée chercher loin pour trouver 18 équipes en 2021-2022. Le Limoges CSP s’est déjà engagé avec la BCL. Reste à savoir si sa wild card permettra à la LNB de disposer de deux autres places dans la compétition. De plus, l’exclusion des clubs russes et l’absence des clubs ukrainiens (3 clubs en BCL au total en 2021-2022, 1 en EuroCup) pourraient donner plus de tickets aux clubs français en 2022-2023. De quoi imaginer Limoges, Strasbourg et Dijon en BCL, les Metropolitans 92, l’Elan béarnais voire une autre équipe (Cholet ? Nanterre ? Paris ?) en EuroCup. 

Par Gabriel Pantel-Jouve et Théo Quintard

 

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires