Les cas Maxime Roos et Alexandre Chassang en suspens : quel effectif pour la JL Bourg en 2022/23 ?

Décevante 11e de Betclic ÉLITE, avec 15 victoires et 19 défaites (son premier bilan négatif depuis son accession en 2017), la JL Bourg s’est déjà tournée vers un nouveau chapitre en faisant venir Frédéric Fauthoux au poste d’entraîneur. En parallèle de la campagne de playoffs de l’ASVEL, le technicien landais va désormais pouvoir se pencher sur la construction de son futur effectif.

Parmi le contingent d’étrangers version 2021/22, pas de surprise à venir : aucun ne devrait rester, si ce n’est peut-être Rasheed Sulaimon (et encore…), le seul ayant globalement donné satisfaction. Pour les autres, soit décevants (C.J. Harris, Jalen Jones, JaCorey Williams), soit blessé longue durée (Eric Mika), soit joker inutile (Norris Cole), leurs avenirs s’écriront loin de la Bresse.

En revanche, les six Français sont toujours sous contrat. Cela ne veut pas dire qu’ils évolueront encore tous sous les ordres de Frédéric Fauthoux à la rentrée. Maxime Courby est le seul entièrement assuré de revenir à Ékinox, tant il parait désormais indéboulonnable à Bourg-en-Bresse. Difficile également d’imaginer Pierre Pelos ailleurs : l’intérieur gersois avait beau ne pas avoir l’intention complète d’effectuer trois années complètes dans l’Ain, il semble improbable de le voir faire jouer sa clause de sortie vers l’étranger au vu de ses productions mitigées saison. Surtout que l’arrivée de son ex-entraîneur Frédéric Fauthoux, lors du sacre de Pau-Nord-Est en Nationale 3 en 2013, serait de nature à le relancer. Hugo Benitez devrait théoriquement toujours être là aussi, même si la garantie de continuer à disputer une Coupe d’Europe serait un argument de poids pour la JL afin de ne pas entraver le développement de sa jeune pépite.

Que fera Axel Julien ?

La tendance autour de son cas est à la stabilité mais le plus gros point d’interrogation concerne Axel Julien, qui se trouve sûrement face à un immense dilemme depuis l’éviction de Laurent Legname. Le meneur varois est sous contrat jusqu’en 2024 avec la JL Bourg mais sa signature était surtout liée à l’arrivée de son entraîneur fétiche. « À 90 %, c’est pour lui que je suis venu ici, ce n’est pas une bonne situation pour moi », avait-il indiqué lors de la conférence de presse à Strasbourg le 1er mai, dans des propos retranscrits par Guylaine Gavroy dans les colonnes du Progrès. Embauché pour être meneur titulaire, sans David Holston cette fois, l’international français n’a pas réellement réussi à franchir le cap attendu (8,4 points à 46% et 6,1 passes décisives, contre 11,1 points à 47% et 4,2 passes décisives l’an dernier) et l’arrivée tardive de Norris Cole a acté un désaveu. Par conséquent, voudra-t-il donner une nouvelle chance à son aventure burgienne, sous les ordres d’un nouvel entraîneur ? S’il y a de bonnes chance de le voir honorer son engagement, de sa décision dépend une grande partie de la future articulation de l’effectif de Frédéric Fauthoux sur les postes arrières. Ce qui ressemble à peu à une situation de « win-win » pour la Jeu : soit l’assurance de disposer d’un des meilleurs JFL de la division d’un côté, soit le champ libre pour embaucher un gros meneur étranger de l’autre…

les-cas-maxime-roos-et-alexandre-chassang-en-suspens---quel-effectif-pour-la-jl-bourg-en-2022-23--1654029132.jpeg
Axel Julien sera-t-il encore Bressan à la rentrée ?
(photo : Sébastien Grasset)

Enfin, selon nos informations, la JL Bourg a signifié à Maxime Roos et Alexandre Chassang sa volonté de ne pas poursuivre ensemble la saison prochaine. Ce qui risque de donner lieu à deux problématiques bien distinctes. L’ailier francilien s’est révélé peu complémentaire de Maxime Courby sur le poste 3 et ne s’est pas exprimé comme il l’aurait espéré (5,5 points à 52%, 1,9 rebond et 0,8 contre en 17 minutes). De fait, il est ouvert à la recherche d’une solution et pourrait être tenté par un nouveau challenge où il pourrait obtenir plus de responsabilités. Pourquoi pas à Roanne, où Jean-Denys Choulet, qui l’a toujours apprécié, fait partie des coachs candidats pour le relancer. En revanche, l’ancien intérieur de la JDA Dijon n’est pas spécialement enclin à quitter Bourg-en-Bresse. Auteur d’une saison dans ses standards (9,6 points à 53%, 3,6 rebonds et 1,8 passe décisive en 21 minutes), après son expérience écourtée en Turquie, il est sous contrat jusqu’en 2023, avec seulement une option de son côté pour se libérer cet été. Ce qui ne devrait pas faciliter les négociations pour la JL Bourg, surtout dans un contexte de séparation avec un coach ayant encore deux années de contrat…

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires