« Pas de favori » entre l’ASVEL et Monaco selon Yakuba Ouattara

Crédit photo : A.S. Monaco Basket

Ce mercredi soir a lieu le match 1 des finales de playoffs de Betclic Elite entre l'ASVEL et l'AS Monaco. En conférence de presse d'avant match, Yakuba Ouattara s'est exprimé sur la série qui les attend.

À quelques heures du match 1 des tant attendues finales de playoffs entre l’ASVEL et l’AS Monaco, la tension monte petit à petit. Parties favorites pour remporter le championnat dès le début de saison, les deux équipes pensionnaires d’EuroLeague ont toutes les deux signé une phase régulière réussie avec un bilan à plus de 73% de victoires. Lors de leurs confrontations directes en saison régulière, les deux formations se retrouvent à égalité avec 1 victoire chacune. Un premier match qui s’est joué à deux points d’écarts, 84-82 en faveur des Monégasques avec un Motiejunas en feu ce soir là avec 28 points. Puis un deuxième match remporté cette fois-ci par les Villeurbannais 87-79 à l’issue d’une rencontre folle où les deux équipes se sont départagées après 50 minutes de jeu soit 2 prolongations. Même bilan en EuroLeague où les deux équipes se tiennent à 1 victoire partout (85-84 ASVEL puis 100-75 Monaco). Et à ce sujet, interrogé en conférence de presse mardi, l’arrière monégasque Yakuba Ouattara promet de belles batailles à venir.

Je sais que ça sera un gros combat. Après dire si ça sera en 5 matchs ou pas, je ne peux pas le dire mais ce sera un vrai combat. On est les deux formations d’EuroLeague et les deux têtes d’affiche du championnat de France cette saison. A chaque fois qu’on a joué contre l’ASVEL, on a vu qu’il y avait une grosse rivalité entre les deux équipes et on a toujours eu le droit à de belles batailles donc ça devrait encore être le cas. Il n’y a pas vraiment de favori. L’ASVEL a l’avantage du terrain donc ils partent avec un gros avantage mais sur une finale tout peut arriver. Pour moi il n’y a pas de favori. C’est l’équipe qui en voudra le plus qui gagnera cette finale.

D’un point de vue plus personnel, l’international français aura la lourde tâche de défendre sur les meneurs adverses comme Elie Okobo, Chris Jones ou encore Marcos Knight, arme offensive principale de l’ASVEL. Connu pour sa grande énergie et son intensité à toute épreuve, toujours impactant défensivement, le numéro 24 semble prêt et déterminé à leur faire face.

J’ai mon rôle dans l’équipe, je sais ce que je dois faire sur le terrain. Que ce soit défendre, des fois marquer des points mais j’essaie d’abord d’avoir un impact qui ne se ressent pas forcément dans les stats. Ça ne va pas être une mince affaire (de défendre sur Okobo et Jones) parce qu’en ce moment ils sont chauds mais il va forcément falloir les ralentir si on veut gagner. C’est un objectif que j’ai toujours eu depuis que je suis au club, c’est de gagner ce premier titre de France avec Monaco. On a la chance de le faire donc j’espère vraiment que ça va être la bonne année.

Ce titre de champion de France serait le premier vrai trophée collectif de sa carrière, après la victoire en championnat de France espoirs en 2013. L’enfant de l’Élan Chalon connaît si bien la douleur d’une défaite pour avoir échoué lors du cinquième match contre Le Mans en 2018 puis Villeurbanne en 2019. Au crépuscule de sa sixième saison monégasque, voici venue l’heure d’inverser la tendance ?

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Lucas Riou

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires