Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Prime à la méritocratie : la LNB veut révolutionner le système d’attribution des places européennes

Alors que le système d'attribution des places européennes est raillé pour son illisibilité, la LNB veut conditionner la participation à une Coupe d'Europe à une qualification pour les playoffs de Betclic ÉLITE.
Prime à la méritocratie : la LNB veut révolutionner le système d’attribution des places européennes
Crédit photo : FIBA

Été par été, l’attribution des strapontins européens entre les clubs français fait débat. C’est même devenu l’un des marronniers de l’intersaison : ce club qui s’estime lésé après une excellente saison ou ceux qui deviennent européens malgré des performances douteuses. En 2022, les deux places réservées aux équipes tricolores en EuroCup avaient ainsi été attribuées aux 11e et 15e du championnat, la JL Bourg et le Paris Basketball. Cette saison, deux représentants européens s’étaient classés en dehors du Top 8 l’an dernier : Paris (9e), toujours, en EuroCup, et le BCM Gravelines-Dunkerque (10e), en FIBA Europe Cup.

Le Paris Basketball de Mohamed Diawara est dans sa deuxième saison d’EuroCup mais n’a encore jamais fait les playoffs de Betclic ÉLITE (photo : Lilian Bordron)

La Ligue Nationale de Basket aimerait ainsi bouleverser ce système et désormais décider de l’attribution des places européennes uniquement selon le mérite sportif. Réuni le 15 novembre dernier, le Comité Directeur de la LNB a voté à l’unanimité le principe selon lequel un club doit obligatoirement se qualifier pour les playoffs de Betclic ÉLITE afin de pouvoir prétendre à une compétition européenne la saison suivante. Un nouveau règlement qui ne s’applique pas à l’EuroLeague, considéré comme un championnat européen plutôt que comme une Coupe d’Europe.

Alors que « les critères et sanctions potentiels » seront déterminés ultérieurement, ce vote soulève plusieurs interrogations. À commencer par celle de la réduction du nombre de représentants français sur les parquets continentaux : cette saison, ils sont 9, répartis dans les quatre compétitions. Soit, par définition, un de trop, avec la présence obligatoire d’une équipe, a minima, non qualifiée pour les playoffs. De plus, si l’EuroLeague est bien exclue de cette méritocratie, quid de l’EuroCup, où la LNB n’a aucun pouvoir de décision sur l’identité des clubs tricolores engagés ? D’où la suggestion de « potentielles sanctions »  en cas de non-respect du principe ?

BEBASKET

Une lecture plus fluide, des chargements de pages plus performants, et plus de publicité ! Offrez-vous un abonnement BeBasket et soutenez la rédaction et la couverture du basket français au quotidien.

À partir de 5€

Commentaires


Vous écrivez en tant que .Modifier
toto72- Modifié
Depuis quand fait-on l'apologie de la méritocratie sportive aux dépens de la méritocratie financière dans le sport pro ? Et puis c'est quoi cette poussée de puritanisme avec ce "D’où la suggestion de « potentielles sanctions » en cas de non-respect du principe ?". Le libéralisme dans les affaires, y compris dans l'industrie de l'"entertainment", c'est la liberté totale, et pas l'équité entre les acteurs. J'ai tellement apprécié les passes droits accordés à coup de pognon à l'ASVEL, l'ASM, Paris B et la JLB que la vie sans cela va me sembler bien morose sans eux.
Répondre
(0) J'aime
peones4
Excellent :)
Répondre
(0) J'aime
peones4
Excellent :)
Répondre
(0) J'aime
leon_21
Les années passent, les dirigeants se succèdent mais le niveau reste toujours le même. La caste au pouvoir devrait plutôt s'attaquer solutions pour augmenter les revenus des clubs plutôt que de vouloir réglementer l'accès aux coupes d'Europes.
Répondre
(0) J'aime
bouma
En + , ils le disent eux même : ils n'ont pas le pouvoir de décision . Autant dire que là , ils pissent dans un violon , quoi !
Répondre
(0) J'aime
thorir
Le principe est évidemment louable mais je n'vois pas bien comment c'est possible en l'état, il faudrait au moins attendre l'abandon de l'Eurocup (quelque sait si ça a avance la dessus entre l'ECA et FIBA Europe?) pour qu'on puisse songer à une application tangible Mais là l'ECA a la main et préfere de la continuité pour ses compétitions, donc si ils veulent juste Paris et Bourg pour l'instant, la LNB va faire quoi si un des 2 n'est pas dans le top8 ? les sanctionner. OK, et aprés? l'ECA prendra pas un autre club FR à la place hein, ça fera juste un club LNB de moins au haut niveau européen.
Répondre
(0) J'aime
dennisrod
Le problème c'est que,comme au niveau de l'état,des lois sont écrites mais jamais appliquées. la LNB a raison de vouloir instaurer ce système de méritocratie,je dirais il était temps...mais il ne sera pas applicable avec l'Euroligue et l'Eurocoupe...
Répondre
(0) J'aime
mick7142
Donc si je suis bien ton post', tu penses que c'est tout du pipeau, puisque l'on exclut l' Euroligue et l' Eurocoupe..... Et là je serais de ton avis.
Répondre
(0) J'aime
lulutoutvert
Tu sais que pour l'Euroligue, et l'Eurocup tu n'as pas la main, maintenant pour la BCL et la 4e coupe, tu peux effectivement prendre les premiers clubs qui n'ont pas été choisis par les 2 coupes d'Europe "topissimes". la LNB a moyen de discuter avec la FIBA, pas avec l'ECA
Répondre
(0) J'aime
zonepress
Cela peut avoir du sens : sanction financière pour un club engagé en eurocup sans être en palyoff = redistribution d'argent pour les autres clubs ou impossibilité de balancer les matchs de championnat en se disant que de toute façon tu feras ta coupe d'Europe l'année suivante.
Répondre
(0) J'aime

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5€