Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Rudy Gobert et Minnesota en mode patron face aux Spurs de Victor Wembanyama

Bousculés par les San Antonio Spurs en première période, les Minnesota Timberwolves - premiers à l'Ouest - ont fini par faire respecter la logique (102-94), ce mercredi soir. Rudy Gobert a tout simplement été intenable (16 points, 20 rebonds et 2 contres), quand Victor Wembanyama, de retour au jeu, a été plus discret (12 points et 10 rebonds).
Rudy Gobert et Minnesota en mode patron face aux Spurs de Victor Wembanyama
Crédit photo : DR

Il est sorti sous les acclamations du Target Center de Minneapolis à 25 secondes du terme avant que Nickeil Alexander-Walker lui donne un petit coup de pied au postérieur et que Chris Finch ne le checke. « Il », c’est Rudy Gobert, auteur d’une prestation très accomplie (16 points, 20 rebonds et 2 contres) lors de la 16e victoire en 20 matchs des Timberwolves (102-94), premiers à l’Ouest. Une standing ovation amplement méritée, donc.

« Je ne l’ai jamais vu aussi bien jouer »

Malgré trois fautes dans les quatorze premières minutes de jeu, l’ancien intérieur de Cholet Basket s’est sérieusement mis au diapason au cœur du deuxième quart-temps, où il a capté 10 de ses 15 rebonds défensifs avant d’inscrire de précieux points dans le money time pour se défaire des Spurs (un +/- de 31, au final).

«  Je ne l’ai jamais vu aussi bien jouer », souligne Chris Finch après la rencontre, nommé entraîneur des mois d’octobre et de novembre. « Gobzilla », plus que jamais en course pour un 4e titre de défenseur de l’année après un exercice 2022-2023 frustrant, joue sans doute le meilleur basket de sa carrière. «  Je pense juste qu’il est plus à l’aise, plus heureux, plus installé et plus en paix avec l’endroit dans lequel il est et les personnes avec qui il est », disait-il, encore, en amont de la rencontre. « Il était déjà professionnel dans tous les domaines la saison dernière, mais cette année, il est déterminé à l’idée de redevenir le joueur qu’il était, à l’idée de prouver à lui-même, à ses coéquipiers, aux fans et à tout le monde qu’il valait le coût de son transfert. »

 

Une 15e défaite de suite pour les Spurs

Assurément sur la voie de la rédemption et en tête à la pause (46-53), les Spurs ont eux affiché de sérieux progrès défensifs mais étaient à bout de souffle au retour des vestiaires. Avec un Devin Vassell propulsé dans le cinq de départ à la mène à la place de Jeremy Sochan, les Texans ont pourtant compté jusqu’à huit points d’avance en première mi-temps. Problème : ils n’ont inscrit que 41 points à 32 % de réussite aux tirs en deuxième période. La suite, vous la connaissez…

S’il a été précieux défensivement par moment, Victor Wembanyama a semble-t-il été en manque de rythme. Le Français de 19 ans, laissé au repos à cause d’une raideur à la hanche droite contre La Nouvelle-Orléans, vendredi, a été en difficulté aux tirs (4/13). Sa maladresse ne l’a pas empêché de signer son neuvième double double de la saison (12 points et 10 rebonds). Les Spurs enregistrent là leur 15e revers de suite et tenteront de ne pas égaler la pire série de défaites de l’histoire de la franchise contre Chicago, vendredi. Un vaste programme…

De notre correspondant Théo Quintard aux États-Unis,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion