Six qui prend pour la JL Bourg

Crédit photo : Jacques Cormarèche

En battant le BCM Gravelines-Dunkerque de Laurent Legname (90-81), la JL Bourg a validé sa sixième victoire d'affilée en Betclic ÉLITE. Sa plus grande série jamais enregistrée en première division. Un succès qui permet surtout pratiquement aux Bressans de verrouilleur leur billet pour la Leaders Cup.

« Vous êtes en train de me dire qu’on écrit l’histoire là », se marrait Frédéric Fauthoux en quittant la salle de presse. Il est vrai que, du haut de ses neuf titres de champion de France et ses années de domination absolue avec Pau-Orthez, la statistique peut lui sembler dérisoire mais avec six victoires de rang, la JL Bourg a signé la meilleure série de son existence en première division, dépoussiérant ainsi ses proches archives puisqu’il fallait remonter jusqu’au printemps 2001 pour trouver trace du précédent record. Artisan majeur, à l’époque, de la découverte réussie de la Pro A pour la Jeu (10e), Jérôme Monnet est d’ailleurs venu observer ses héritiers, discutant notamment un moment avant le match avec Fabrice Serrano, ancien meneur et actuel préparateur physique du club, pont entre ces deux ères.

Pierre Pelos et la JL Bourg frappent à la porte du Top 4

Passé de la NM3 à la Pro A en neuf ans avec la JL Bourg (1992/01), Jérôme Monnet s’est ensuite peut-être rendu compte que son club de cœur n’avait jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Leader de sa poule d’EuroCup, de retour dans le Top 4 de Betclic ÉLITE, la Jeunesse Laïque a définitivement tourné la page de la pénible saison sous la houlette de Laurent Legname par un nouveau succès (90-81), après avoir accueilli son ancien coach par une bronca lors de la présentation des équipes, une rareté absolue dans l’Ain. Le technicien varois et ses hommes ont ensuite longuement embêté les locaux (75-75, 37e minute) mais cette JL Bourg là est redoutable dans les fins de matchs serrées. Victorieux au buzzer la semaine dernière à Nanterre, les Bressans ont cette fois marqué les esprits par leur adresse insolente dans le quatrième quart-temps (13/15 !). « On a commis beaucoup trop d’erreurs défensives en fin de match et ils ont tout puni », regrettait Szilard Benke.

Les anciens de Legname trouvent la faille

Nouvellement arrivé en France, l’ailier hongrois n’avait certainement pas le recul nécessaire pour comprendre ce qui s’est joué mais Frédéric Fauthoux a souvent aligné quatre anciens joueurs de Laurent Legname ensemble en seconde période. « C’était marrant car on a vu qu’ils connaissaient son jeu par cœur et l’ont exploité de la plus belle des manières, c’était plutôt agréable à regarder ! « . Des mois entiers passés à répéter, au centimètre près, toutes les déclinaisons de la philosophie défensive à la Legname peuvent donc s’avérer utiles a posteriori pour en trouver les failles… « On savait comment l’attaquer, on a appuyé sur les points qui font mal à la fin et ça a marché » , se réjouissait Pierre Pelos. « Si on ne le connait pas, on peut y aller sans réfléchir et on se casse les dents. » Auteur de l’intégralité de ses 11 points dans le quatrième acte, l’intérieur gersois a été l’un des symboles du renversement impulsé par les anciens, tout comme Maxime Courby, à créditer de 5 points à 100% au cours de cette période. Même ceux qui n’avaient aucun grief particulier contre Laurent Legname ont apporté : via sa vision du jeu, Alexandre Chassang (5 points, 6 rebonds et 4 passes décisives) a été particulièrement précieux dans sa capacité à trouver les décalages et que dire d’Axel Julien, injouable à la fin… Quelle ironie du sort ce fut de le voir planter, lui, la dernière banderille assassine envers l’équipe de son coach de toujours (88-81 à 40 secondes du buzzer).

Dans l’Ain, le BCM n’a pas démérité mais reste fanny à l’extérieur (photo : Jacques Cormarèche)

Quatrième à égalité avec la JDA, avant un déplacement à… Dijon la semaine prochaine, la JL Bourg a posé « neuf orteils » en Leaders Cup, selon l’expression d’Axel Julien, et a surtout pratiquement écarté le BCM Gravelines-Dunkerque de la course à la qualification. L’essentiel était pourtant ailleurs pour Laurent Legname, qui n’a visiblement pas érigé le voyage à Saint-Chamond comme une priorité absolue. Engagé dans une procédure devant le tribunal des prud’hommes avec le club burgien, le Hyérois aurait sûrement aimé faire taire son ancien public mais son équipe gravelinoise a confirmé les progrès entrevus ces trois dernières semaines. Emmené par la doublette Justin Robinson (14 points à 5/8 et 6 passes décisives) – Matthieu Gauzin, incisif comme rarement cette saison avec 15 points à son compteur personnel, le BCM a développé un jeu offensif séduisant, incarné par ses 18 passes décisives pour 8 balles perdues. Il lui aura manqué un peu de souveraineté sous les panneaux dans le troisième quart-temps, au moment où ils semblaient avoir repris le dessus après un terrible 0-14 à cheval sur les deux mi-temps (de 31-38 à 45-31), et surtout de l’agressivité quand cela comptait vraiment. Dans le money-time, les tirs de JaJuan Johnson furent rendus vains par la capitulation défensive de son équipe, coupable d’avoir encaissé 31 points dans le quatrième quart-temps. Une statistique à mettre en corrélation avec les 50 concédés sur l’ensemble du match la semaine dernière contre Limoges… « On n’a pas été dans ce qu’on voulait défensivement », admettait aisément Laurent Legname. « Nous avons été trop irréguliers dans ce domaine. Mais malgré tout, notre match est plutôt cohérent dans l’ensemble. Je pense qu’il y a vraiment eu des bonnes choses, notamment d’un point de vue offensif. On n’est pas si loin de le gagner, l’écart est un peu flatteur pour la JL. » Reste que les fins de matchs accrochées à Ékinox continuent de rarement pencher en sa faveur…

 À Bourg-en-Bresse,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires