Strasbourg tranquille face à Dijon

Par Alexandre Chauvat,

Strasbourg a fait la course en tête du début à la fin du match et rapidement creusé l’écart pour s’imposer sans trembler 82 à 60 face à des Dijonnais passés à côté de leur partie.

Les Alsaciens prenaient le meilleur départ et collaient d’entrée un 10-2 à des Dijonnais pas encore entrés dans leur match. Le temps-mort de Nenad Markovic ne changeait pas grand-chose. Après un semblant de réveil, les Bourguignons, malgré l’activité de Jacques Alingue, restaient maladroits (4/18 sur la période) et prenaient un nouveau 10-0 sur la tête. La SIG virait en tête à l’issue du premier quart-temps avec une avance déjà confortable (22-9).

Les débats s’équilibraient sur ce deuxième quart-temps. Gavin Ware trouvait un peu d’adresse (11 points sur le quart) mais Jordan Howard, par deux fois à 3-points, et Deandre Lansdowne empêchaient tout rapproché dijonnais. A la mi-temps, Strasbourg avait même accentué d’un point son avance (42-28).

Dijon revient avant de prendre l’eau

Dijon commençait mieux la deuxième mi-temps et revenait à 8 points (44-36). Lassi Tuovi secouait ses troupes qui calmaient rapidement les ardeurs bourguignonnes. Dijon enchaînait alors les mauvais choix et Strasbourg reprenait, puis accentuait son avance à l’entame du dernier quart-temps (62-43).

Le dernier acte n’était qu’une formalité, Gaylor Curier (18 points à 6/8 à 3-points, 19 d’évaluation) enquillait les paniers primés et les Alsaciens finissaient le match en roue libre pour s’imposer facilement 82 à 60.

Si Gavin Ware (19 points et 9 rebonds, 22 d’évaluation) et Rashard Kelly (15 points) ont surnagé, Dijon est totalement passé à côté de son sujet, à l’image de la traction arrière David Holston – Khadeen Carrington (3 points à 1/12 au cumulé). Strasbourg, sans être transcendant (seulement 8/27 à 2-points) et malgré le non-match de Kameron Taylor (2 points à 0/11), s’impose tranquillement grâce à une belle adresse à 3-points (12/24 au total) et aux lancers-francs (30/35) ainsi qu’un collectif sérieux (cinq joueurs entre 14 et 19 d’évaluation). Au classement, la SIG creuse l’écart sur son adversaire du soir et se rapproche du top 4.

Cliquez-ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

par

commentaires