Tremont Waters aux commandes des Metropolitans 92

Crédit photo : BSN

Meneur aux 44 apparitions en NBA, Tremont Waters a rejoint les rangs des Metropolitans 92. Ce sera sa première expérience européenne.

Il a été rookie de l’année en G-League en 2020. Il le fut aussi cette année en BSN, le championnat porto-ricain, pour sa première expérience en dehors des États-Unis. Le sera-t-il encore, officieusement, en Betclic ÉLITE la saison prochaine, pour sa première fois sur le sol européen ? Il, c’est Tremont Waters (1,78 m, 24 ans), le nouveau meneur des Metropolitans 92. Après deux mois de silence radio sur le marché des NJFL, le club francilien a mis la main sur le premier joueur étranger de son contingent 2022/23.

La preuve que le natif de New Haven (Connecticut) souhaite réellement mettre fin à trois années d’alternance entre la NBA et la G-League, situation inconfortable où il était à la fois dominant dans l’antichambre de la grande ligue (15,7 points à 42%, 2,8 rebonds et 6,4 passes décisives) mais pas vraiment un membre à part entière de l’Association (3,5 points et 2 passes décisives en 44 matchs dont 41 avec les Boston Celtics). S’il avait pu tenir un rôle plutôt conséquent l’an dernier avec les Celtics (26 apparitions, dont 3 dans le cinq majeur), où il était notamment sous la tutelle de Kemba Walker, il n’a pratiquement plus vu la lumière cette année, devant se contenter de deux rencontres avec Toronto et une avec Washington. L’ancien étudiant de Louisiana State a donc pris son bâton de pèlerin pour la première fois, partant rejoindre le pays de ses origines, Porto-Rico, où il a pleinement assumé son statut de premier choix de la draft (18,2 points à 44%, 2,7 rebonds et 7,8 passes décisives avec les Gigantes de Carolina).

Défenseur redouté, au point de recevoir le trophée de meilleur défenseur de l’année dans sa conférence NCAA en 2019, avec une vitesse qui lui permet de compenser sa petite taille, excellent passeur, Tremont Waters découvrira donc un nouveau monde à la rentrée, le basket européen. Avec l’espoir de s’y adapter aussi bien qu’il l’a toujours fait, lui l’éternel rookie de l’année. Sauf en NBA bien sûr…

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires