11 points pour Gabby Williams, Marine Johannes en manque de réussite

Crédit photo : Seattle Storm

Gabby Williams et Seattle ont détruit les Los Angeles Sparks dans une victoire historique. Marine Johannes, peu en réussite, n'a rien pu faire pour aider les siennes, qui se voient s'incliner face à Phoenix tandis que Bria Hartley a été discrète face à Chicago.

De plus en plus constante sur les parquets américains, Gabby Williams (1,80 m, 25 ans) a une nouvelle fois brillé cette nuit face aux Los Angeles Sparks. En 21 minutes de jeu, l’ailière a cumulé 11 points à 5/6 aux tirs, 4 rebonds, 5 passes décisives et 2 interceptions. Au delà de la performance individuelle, le collectif a brillé ce jeudi et les Seattle Storm se sont très largement imposés (106-69). Une victoire de 37 points, soit la plus grande marge jamais acquise à l’extérieur par la franchise de l’état de Washington, en plus d’avoir tiré à 64,6% aux tirs sur l’ensemble du match.

Marine Johannes maladroite

Avec une adresse à 3-points impressionnante (44,3% de réussite) depuis son retour à New York il y a tout juste 10 matchs, Marine Johannes (1,78 m, 27 ans) est l’une des meilleures shooteuses de la ligue. Une nouvelle fois titulaire ce jeudi, l’internationale tricolore n’a pourtant pas réussi à viser juste et termine le match à 2 points à 1/6 aux tirs et 0/4 à trois-points, 1 rebond et 6 passes décisives en 23 minutes. Une performance qui n’a pas aidé son équipe, qui s’est justement inclinée 81-84 face aux Phoenix Mercury.

Face à la meilleure équipe de la ligue, le Chicago Sky, Bria Hartley (1,73 m, 29 ans) n’a pas eu l’occasion de s’exprimer très longtemps. Son équipe, rapidement menée, la Franco-Américaine est entrée en fin de match et a pris 2 rebonds et délivré 1 passe décisive en 5 minutes avant de voir son équipe s’incliner 84-93.

Au classement, les Seattle Storm garde la deuxième place de l’Ouest (15 victoires et 8 défaites). New York et Indiana conservent eux aussi leur 5e et 6e place respective à l’Est.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Lucas Riou

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires