Yves-Marie Vérove, légende de Berck, est décédé

Yves-Marie Vérove, emblématique entraîneur de l’Etendard de Brest avec qui il est devenu champion de France avec ses deux fils Jimmy et Franck est décédé à l’age de 73 ans. En tant que joueur il est passé par Berck avec qui il est devenu champion de France en 1972 et 1973 où il s’est hissé jusqu’en demi-finale de la Coupe de clubs Champions (C1), puis a évolué au Caen BC de 1975 à 1979, club avec qui il fut demi-finaliste de la Coupe des Coupes (C2).

Reconverti dans le coaching, il a alors pris la direction de l’Etendard de Brest de 1995 à 2005 année où il fut champion de France de Pro B et fit donc accéder le club en Pro A avant de se retirer l’année suivante. À Limoges entre 1979 et 1982, Yves-Marie Vérove a remporté la Coupe Korac en 1982 et fini vice-champion de France. Il comptait 33 sélections en Équipe de France. 

Jimmy et Franck, ses fils, joueurs de basket comme papa

L’originaire du Grand-Fort-Philippe dans le nord a transmis sa passion de ballon orange à ses fils, Franck et Jimmy. Dans une interview donnée à au magazine Basket Le Mag en Mai 2022, Jimmy Vérove, son fils, évoquait son enfance dans le Nord et rendait par la même occasion hommage à son père :

« Je suis né à Gravelines, mais je n’y ai jamais vécu. Mon père (Yves-Marie Vérove, ex-international) jouait à Berck, demi-finaliste de la coupe d’Europe contre Madrid. C’était un univers de basket incroyable, le plus puissant en termes de public en france. Je grandis jusqu’à mes 5 ans là-dedans, je ne sais pas tout mais je comprends que je suis le fils d’une future légende du basket français. Mon père, c’était quelqu’un que je regardais avec des yeux grands ouverts, qui m’impressionnait, qui n’avait peur de rien. Très discret dans le vie. C’était mon idole. Et il bossait à côté dans la vie de tous les jours, pour moi c’était le meilleur des exemples. »

Yves-Marie Vérove se battait contre la maladie mais tel un battant comme il l’a été tout au long de sa carrière s’est battu jusqu’au bout.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires