À la JL Bourg, un Benitez peut en cacher un autre

Dire qu’Hugo Benitez a changé la physionomie du match à Cholet Basket est une juste affirmation. Un constat qui peut se transposer à son petit frère, Élian (1,83 m, né en 2003). Non pas en Betclic ÉLITE, mais en Espoirs. Champion de France U18 2019 et lui aussi formé à l’école Pierre Murtin, il a rendu une excellente copie (27 d’évaluation en 36 minutes) pour renverser le dauphin choletais, invaincu à la Meilleraie depuis plus d’un an. D’une aide précieuse au scoring (17 points à 8/10 aux tirs) et capable de faire jouer son équipe (8 passes), il a été le métronome de la JL Bourg.

LIRE AUSSI. « Il est vraiment impressionnant » : la métamorphose d’Hugo Benitez

« Ce match de Cholet nous tenait particulièrement à cœur, explique l’intéressé, formé à Toulouges de 2006 à 2018. On savait que si on le gagnait, on allait se faire entendre dans le championnat. Avec cette victoire, les équipes ne nous regardent plus de la même manière. » 

« J’ai passé un cap dans mon rôle de meneur de jeu »

Gêné par une entorse à la cheville droite en début de saison, le Catalan est semble-t-il en train de trouver son rythme de croisière. Une réunion mi-janvier avec l’ensemble de l’équipe et le coach, Slobodan Savovic, a peut-être eu un effet de déclic. « On n’avait pas de problème particulier mais on a joué cartes sur table, rembobine-t-il. Grâce à cette entrevue, j’ai mieux compris quand il fallait que j’alterne mon jeu et quand il fallait que je joue pour moi. Je pense que j’ai passé un cap dans mon rôle de meneur de jeu. Avant je ne m’adaptais pas trop à la situation. Je pouvais faire la passe quand il fallait que je drive et inversement. Alors que maintenant, j’arrive beaucoup mieux à alterner mon jeu. » 

Capable de se créer son propre tir et de jouer pour ses partenaires, il a incontestablement gagné en réussite par rapport à ses dix matchs disputés la saison dernière (49,5 % de réussite aux tirs contre 36,5 %). Sur les seize premières rencontres de championnat, il tourne à 14,6 points à 49,5 % de réussite aux tirs, 4 rebonds et 6,9 passes pour 17,2 d’évaluation. Avec Arthur Bouba et Corentin Falcoz en tête de gondole, il espère bien évidemment mener les Bressans au Trophée du Futur. « On a les capacités pour s’y qualifier, souligne-t-il. Mais on peut battre n’importe qui et malheureusement, perdre contre n’importe qui. » Actuellement sixième de la division (6e, 11 victoires – 6 défaites), la Jeu est encore branchée sur courant alternatif pour espérer accrocher le trio de tête. Mais avec un Élian Benitez de plus en plus constant, la JL Bourg pourrait titiller CB voire l’ASVEL à Limoges, fin mai…

À Cholet,

a-la-jl-bourg--un-benitez-peut-en-cacher-un-autre1643065342.jpegÉlian Benitez avec son frère Hugo, lors d’un shooting photos en septembre 2020.
(photo : Jacques Cormarèche)

par

Qui a écrit ce papier ?

Théo Quintard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires