Antoine Eïto : « Enlever cette chape de plomb »

Annoncé par tout le monde comme le grand favori de la saison de Pro B au vue du prestige du club et de son budget, largement supérieur à la concurrence, l’Elan Chalon a très mal lancé sa saison. Après une élimination en Coupe de France, une Leaders Cup compliquée, les Bourguignons ont été mangés par Saint-Chamond sur la première journée de saison régulière (93-69). Si l’Elan Chalon était vendu comme le favori, c’est aussi parce que des joueurs au pédigrée très important, comme Antoine Eïto, compose l’effectif chalonnais. Avant la réception de Rouen, le meneur/arrière s’exprime dans le Journal de Saône-et-Loire :

« Durant la Leaders Cup, on a vu certaines défaillances dans notre jeu et parfois dans notre attitude. J’espérais bien sûr qu’on se mettrait sur la touche “ON” en championnat […] Mais quand tu fais -39 puis -24 en moins de deux semaines, forcément, ça pose des questions. Je commence à comprendre comment les choses fonctionnent ici et je mesure le mal-être qui existe depuis le titre 2017. Tu le ressens partout. Aujourd’hui, il est important de ne pas l’occulter mais d’enlever quand même cette chape de plomb. Néanmoins, c’est bien que cela arrive maintenant plutôt que plus tard et que l’on tarde à réagir. »

Cette « chape de plomb », l’Elan Chalon la ressent depuis plusieurs semaines et la première défaite en Coupe de France :

« Notre erreur, c’est d’avoir ressenti cette chape de plomb dès notre défaite à Vichy/Clermont. C’est aussi peut-être une erreur de communication d’avoir dit que l’on était favori. À Vichy, on perd de 2 points alors qu’on était à +7 à 1’20 de la fin. Derrière on perd de 3 points contre Nancy à la maison et là, tout le monde était dingue ! C’est ce qui m’a surpris le plus. Je ressens clairement qu’il y a un traumatisme. Mais c’est à nous, les joueurs, de se recentrer individuellement en se regardant dans la glace. Si on n’a pas cette exigence… »

La réaction chalonnaise sera très attendue ce samedi soir au Colisée. Entre-deux à 20 heures.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires