Avec Xavier Gaillou et Éric Katenda, Montpellier s’offre deux professionnels

Crédit photo : Antoine Bodelet

Promu en Nationale 2, le Montpellier Basket Mosson peut s'appuyer sur l'expérience de deux joueurs rompus aux joutes professionnelles : Xavier Gaillou vient entamer sa reconversion dans l'Hérault tandis qu'Éric Katenda est revenu en France après cinq années d'exil.

Promu en Nationale 2, le Montpellier Basket Mosson tente de se mettre rapidement au niveau de la division. Le problème est que depuis le début de la préparation estivale, l’infirmerie accueille chaque semaine de nouveaux joueurs. En résulte trois défaites en trois matches, contre Prissé-Mâcon (76-79), à Beaujolais (116-65) puis face à Pontoise (67-77).

L’une des recrues phares de l’intersaison, Xavier Gaillou (1,90 m, 33 ans), a joué son premier match samedi dernier face à Pontoise après avoir été arrêté pour le lancement de la saison. Après onze saisons dans le circuit professionnel, le meneur de jeu a décidé de basculer vers le monde semi-pro afin de se rapprocher de sa belle-famille héraultaise et d’entamer sa reconversion. Encore précieux dans la saison réussie de Saint-Vallier l’an dernier en Pro B (4,9 points à 33% et 2,5 passes décisives), l’enfant du STB Le Havre a marqué 9 points pour sa première avec le club héraultais contre la Pontoise ULR (67-77).

« C’est un choix familial, ma femme est de la région », a-t-il expliqué au Midi Libre. « On a un petit garçon de 6 ans, on avait envie de stabilité. C’est le bon compromis entre le fait de jouer encore quelques années, préparer ma reconversion mais aussi que ma femme retrouve sa famille et que tout le monde soit heureux. »

Xavier Gaillou face à David Holston en septembre 2018, lors de sa seule saison au plus haut niveau (photo : Sébastien Grasset)

Aperçu pendant une saison dans l’élite, en 2018/19 avec Fos-Provence, Xavier Gaillou a connu quelques coups d’arrêts au cours de sa carrière, parfois pour des blessures et parfois pour des évènements plus évitables, mais a surtout eu la chance de participer à de nombreuses réussites collectives : sacré champion de France NM1 en 2021, l’ancien meneur de Saint-Étienne, Denain, Boulazac et Challans a également remporté à deux reprises les playoffs d’accession en Pro B, en 2014 avec Bourg-en-Bresse et en 2018 avec Fos-sur-Mer.

Katenda, après cinq ans d’exil…

Éric Katenda avec Le Portel en 2017 (photo : Sébastien Grasset)

À Montpellier, le natif de Clamart fait équipe avec un autre ancien pensionnaire de Pro A : Éric Katenda, passé par Le Portel en 2016/17. Depuis le pivot parisien – qui a perdu l’usage de son œil gauche il y a onze ans sur un parquet – menait une carrière de nomade, entre Suède, Islande, Autriche et Suisse. La saison dernière, il valait encore 11 points à 57% et 4 rebonds de moyenne avec le BC Boncourt.

Sur le papier, un gros quatuor avec Samaké et Ramseyer

S’il est pour le moment à l’arrêt, tout comme l’autre pivot Negueba Samaké, Eric Katenda est censé être un cadre de cet effectif au même titre que Xavier Gaillou et Florent Ramseyer, de retour e NM2 après avoir tourné à 29,2 points par match en NM3 à l’Amiens Sporting Club. Ce quatuor de haut-niveau devait être complété par Antoine Mendy. Mais la greffe avec l’ancien capitaine de l’Élan béarnais n’a pas pris. L’équipe fait ensuite confiance à la jeunesse montpelliéraine, en responsabilisant les meneurs Junior Kimpiabi (ancien espoir de Fos Provence) et Nestan Jikelabitike, l’arrière Shany Sanou (ancien espoir du HTV), l’ailier Alan Bah (ancien espoir d’Aix-Maurienne) ou encore l’intérieur Dego Immongault.

L’entraîneur Vincent Pinho espère vite retrouver l’ensemble de son effectif et le compléter d’un intérieur afin de pouvoir être en mesure d’engranger des succès dans la poule A de NM2, pour le moment dominer par Avignon Le Pontet et Pontoise (3 victoires). Montpellier se déplace samedi chez un promu, la CRO Lyon.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires