Burgos stoppe le beau parcours de Dijon en demi-finale

Après son exploit de mercredi face à Ankara, Dijon s’est heurté à un mur face à Burgos. Dominateurs quasiment de A à Z, les Espagnols ont fait le match qu’il fallait. Le beau parcours des hommes de Laurent Legname s’arrête là.

Après le coup parfait réalisé face à Ankara, la JDA n’a pas connu la même réussite. Brièvement derrière au premier quart-temps, Burgos a ensuite enchainé le rouleau compresseur (7-11 puis 20-11). D’abord grâce aux tirs du maestro Vitor Benite – capable de coups d’éclats, et très en verve ce soir (15 points à 6/7 à la pause, 25 points au final). Puis par la défense étouffante sur les meneurs Dijonnais. Si Axel Julien a tenu son rang (17 points à 7/10), il n’a pas pu autant distribuer la balle que d’habitude.

Benite superstar

Et que dire de David Holston ? Le petit meneur américain, déjà pas en réussite face à Ankara, n’a pas été meilleur ce vendredi soir. Cumulant un minuscule 1/8 aux tirs, pas vraiment compensé par ses 5 passes décisives, l’ancien MVP de Jeep ELITE n’a pas pesé pour les Bourguignons. Jamais Dijon n’a trouvé les solutions tactiques pour contrer son adversaire du soir.

Le retard accumulé en première période ne sera jamais compensé par la suite (43-30 puis 81-67). Pourtant le troisième quart des bourguignons était un peu meilleur (59-50, 30e). Mais une nouvelle fois Burgos stoppait toute velléité offensive avec une grosse défense. De l’autre côté du terrain, Benite reprenait son costume d’assassin silencieux, enfilant 8 points presque de rang (69-55, 35e). Dijon ne s’en relèvera pas (81-67).

Mieux armée et dominatrice, l’équipe de Burgos s’adjuge cette demi-finale. Le rêve fou des Dijonnais s’arrête là, mais en toute logique finalement. La marche était sans doute cette fois un peu trop haute. Place maintenant à la petite finale dimanche, qui pourrait être un beau lot de consolation pour la troupe de Laurent Legname, contre une autre équipe espagnole, celle de Saragosse. Où joue Rasheed Sulaimon… L’un des responsables de la très belle saison 2019/20 de Dijon.

par

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires