Champagne Basket s’offre les services de Michael Stockton !

Fin janvier, après avoir discuté des premiers évènements en Ukraine et de la situation à Kiev, nous avions échangé sur la saison actuelle de Betclic ÉLITE. Michael Stockton (1,85 m, 32 ans) nous disait qu’il suivait encore assidûment les rencontres de Cholet Basket, l’évolution des jeunes pousses (Makoundou, Robineau, De Sousa), les statistiques de tous ses anciens coéquipiers, qu’il était particulièrement impressionné par Cholet Basket. Du coup, l’ancien meneur de CB ne sera pas dépaysé puisqu’il vient de s’engager avec Champagne Basket dans le cadre de la prolongation de l’arrêt de travail de Scottie Reynolds.

Exemplaire pendant deux saisons à la Meilleraie, le fils du légendaire John Stockton a laissé un souvenir enchanté à Cholet : Erman Kunter ne cessait de vanter son professionnalisme, le président Mérignac son caractère de leader, les journalistes sa disponibilité et la qualité de ses analyses… Et puis, surtout, il fut un très bon joueur de basket. L’exceptionnelle saison 2019/20 de CB, conclue à la 6e place, lui doit beaucoup, et son association avec Chris Horton. Dans le marasme de l’année dernière, le capitaine avait encore haussé son niveau : 13 points à 51%, 3,3 rebonds et 7,2 passes décisives pour 17,6 d’évaluation de moyenne.

champagne-basket-s-offre-les-services-de-michael-stockton--1647255416.jpeg
Le dernier match de Stockton en Ukraine remonte au 13 février
(photo : BC Budivelnyk Kiev)

Alors pour une équipe de Châlons-Reims en très grande difficulté (16e ex-aequo avec Le Portel), pour ne pas dire plus, ce renfort est un très gros coup dans la lutte pour le maintien. Enzo Goudou-Sinha faisait très bien le travail à la mène mais il manquait un leader, rôle que n’a pas endossé Scottie Reynolds, malgré son CV intéressant, ni Dustin Ware, certes cohérent vendredi (10 points contre l’Élan Béarnais) mais décevant dans l’ensemble (4,6 d’évaluation).

De fait, avec Michael Stockton, Cédric Heitz a joué la carte de la sécurité. Professionnel depuis 2011, très reconnu en Allemagne où il a passé la majorité de sa carrière et connu deux sélections pour le All-Star Game, le natif de Spokane avait tenté l’aventure ukrainienne cette saison. Il nous disait fin janvier qu’il n’était pas entièrement satisfait de ses performances mais le Budivelnyk Kiev n’avait pas à se plaindre : avant l’invasion russe, son meneur tournait à 10,1 points à 45% et 6,3 passes décisives de moyenne et conduisait son groupe vers la deuxième place du championnat, derrière l’intouchable Prometey. Cela semble un peu haut pour Champagne Basket, mais un maintien fera déjà très bien l’affaire.

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires