Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

De la galère limougeaude à une « fierté de ouf », la belle émotion de Mathieu Wojciechowski (Fos)

Décisif dans le maintien de Fos-Provence en Pro B, Mathieu Wojciechowski a fondu en larmes après le buzzer final contre Angers. Il explique pourquoi.
De la galère limougeaude à une « fierté de ouf », la belle émotion de Mathieu Wojciechowski (Fos)

Mathieu Wojciechowski a éclaté en sanglots après le maintien de Fos

Crédit photo : Sébastien Grasset

À force, Fos-Provence va bien devoir ériger une statue à Mathieu Wojciechowski (2,03 m, 31 ans). Il y a deux ans, le club des Bouches-du-Rhône avait déjà dû son maintien à l’ailier franco-polonais. Sauf qu’à l’époque, il jouait pour Le Portel et s’était vu siffler une faute technique à 0,5 seconde de la fin du dernier match (à 79-79) pour franchissement de la ligne en tentant de contester la remise en jeu de Jamar Diggs.

Vendredi, Mathieu Wojciechowski (19 d’évaluation) a récidivé, mais sous les bonnes couleurs cette fois. Leader émotionnel de Fos-Provence depuis son arrivée en janvier, l’ancien joueur du Limoges CSP a pris les choses en main lorsque le bateau tanguait dangereusement à -6 à moins de trois minutes de la fin d’une finale improvisée pour le maintien contre Angers (75-72) : un tir primé dans le corner, pour revenir à 64-67, deux lancers-francs puis le and one (généreux ?) quasi décisif à 43,9 secondes du buzzer final (72-70). De quoi sauver Fos-Provence d’une catastrophe industrielle… Suffisant pour ensuite se laisser gagner par l’émotion.

« Il s’est passé trop de trucs cette saison ! »

Mathieu, on vous a vu pleurer après le buzzer final. Que représente ce maintien à vos yeux ?

Tellement de choses ! C’est dur de trouver les mots… La saison a été vraiment dure pour moi, entre le début à Limoges, où tout était un peu voué à l’échec, mes deux mois de chômage, et mon arrivée ici. Rémi (Giuitta) m’a donné un rôle important, alors qu’il y avait vraiment un gros job à faire. On est vraiment parti de loin, j’aimerais bien voir combien de matchs de retard on avait sur Angers à l’époque (seulement un, mais quatre sur Évreux, l’autre relégable, ndlr). Mais on a réussi ! À la fin, j’ai mis les petits tirs pour passer devant, peu importe si j’ai eu de la chance : tout le monde m’a fait confiance, j’ai donné tout ce que j’avais à donner. Je suis fier de nous en tant qu’équipe car on aurait pu abandonner. On a eu des moments de galère, des blessures : Tim (Crusol), Damien (Bouquet)… C’est tout à notre honneur. C’est un match dur à jouer car c’est bizarre de se dire que l’on joue une finale pour qu’une équipe descende. En face, ce sont des pros, des mecs qui font leur taf du mieux qu’ils peuvent. C’était un mélange bizarre d’émotions. Mais c’est le sport, c’est blanc et noir, aujourd’hui c’est nous qui restons en Pro B !

On vous sent très ému…

Mathieu Wojciechowski dans les bras de Junior Etou après le match (photo : Cécile Thomas)

Je fais ce sport parce que je l’aime ! Je le fais depuis tout petit parce que mes parents m’ont mis là-dedans. Il y a des hauts, des bas, c’est difficile parfois. On a connu des défaites très compliquées cette saison : Boulazac, Poitiers, j’en suis ressorti avec la haine, impossible de dormir. Et des victoires comme La Rochelle qui donnent le sourire. Toute l’année, c’était un roller-coaster, les montagnes russes. C’est une fierté de ouf parce que Fos-Provence est un club emblématique du basket français, ils sont en LNB depuis 15 ans. Ça fait partie des petits bastions du basket. Ils nous ont confié une mission, on l’a réussi et il faut en être fier.

L’émotion, c’est parce qu’on met notre corps tous les jours sur la ligne : tu ne sais jamais si ça peut être ton dernier entraînement parce que tu pourrais te péter un croisé. C’est un éternel recommencement tous les jours. Là, c’est la fin d’une saison, avec un objectif réussi, donc c’est magnifique ! L’histoire est belle, on se souviendra de ce vendredi 10 mai 2024 : on est bons derniers, on saute sur la dernière chaise musicale, au dernier soir, au dernier moment… On était à -6, on aurait encore pu abandonner. On peut juste être fiers de nous.

Pour le clin d’œil, c’est la deuxième fois que vous offrez le maintien à Fos-Provence mais cette fois…

(il coupe en rigolant) Du bon côté ! Cette action, je ne vais pas l’oublier. Et cette saison non plus. Je devais ça personnellement à Rémi. Je suis quelqu’un de très reconnaissant. J’ai beaucoup de respect pour sa carrière, pour tout ce qu’il a construit depuis quelques années. Je peux partir en vacances l’esprit tranquille, avec le sourire, en me disant que la maison est au bon endroit. Il faut que je débranche là, il s’est passé trop de trucs cette saison : j’ai franchement galéré à Limoges, à y pourrir ma santé, mais là je finis heureux, sans la boule au ventre que j’avais toute la journée !

Propos recueillis à Fos-sur-Mer,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
le_xav
Vu qu'à chaque fois qu'il fait une bonne saison, il signe au CSP pour se mettre en difficulté, espérons pour lui qu'il ne récidive pas une 3e fois.
Répondre
(1) J'aime
samuel92
Faut pas trop s'emballer non plus, 12.5 d'eval en pro B en jouant quasi 29 minutes en moyenne dans une équipe du bas de tableau, c'est correct mais pas extraordinaire non plus. Sans parler de son tir douteux, moins de 30% à 3 pts et 53% aux LFs.
Répondre
(1) J'aime
nanther
Bon joueur, bon mec, on est vraiment content pour lui !
Répondre
(1) J'aime
lou_grand
Exactement ! Et vraiment pris pour un c.. au CSP. Un supporter limougeaud.
Répondre
(0) J'aime
glidos
Il en enfin trouvé le niveau où il peut apporter, c'est bien.
Répondre
(0) J'aime