Jamar Wilson à la rescousse de Boulazac ?

« Notre 16e contrat est à la disposition du coach. À lui de l’utiliser ou pas. » La semaine dernière, lors de l’intronisation d’Alexandre Ménard à Boulazac, le président périgourdin Laurent Serres lui ouvrait en grand la porte pour la signature d’un joker. Le nouveau technicien a saisi la main tendue. Et sans surprise, au vu des blessures de Nic Moore et Vytenis Cizauskas, celui-ci a opté pour un meneur. Selon TotalBasket, Jamar Wilson (1,85 m, 38 ans) est attendu en Dordogne.

Souvent le bourreau des Bleus

L’occasion pour le meneur originaire du Bronx d’effacer une dernière image peu valorisante en France. Recruté par la JL Bourg en 2019/20 (6,5 points à 39%, 2,3 rebonds et 3 passes décisives), il avait subi l’éclosion inattendue d’Hugo Benitez en cours de saison avant de quitter le club bressan en cours de saison. Ce qui était alors une première dans sa carrière. Pourtant, sa réputation était flatteuse, lui qui appartient encore à la caste des plus gros tourmenteurs de l’histoire contemporaine des Bleus : citons son duel avec Tony Parker en ouverture de l’EuroBasket 2015 à Montpellier (21 points en 19 minutes), son tir décisif en prolongation à Helsinki lors du championnat d’Europe 2017 ou sa démonstration (29 points et 6 passes décisives) à l’occasion d’une victoire des Susijengi lors de la fenêtre internationale de février 2019. Naturalisé finlandais depuis 2015 en raison des origines de sa femme, Jamar Wilson a de fait établi ses deux records de points sous le maillot de sa sélection contre l’équipe de France !

wilson-boulazac1647901968.jpegEn 2015, Wilson avait donné du fil à retordre à Tony Parker et aux Bleus
(photo : Sébastien Grasset)

Actuellement engagé dans sa 15e saison professionnelle, ancien meilleur scoreur de VTB League (en 2011), passé par des clubs prestigieux comme le Partizan Belgrade, également aperçu à Rouen et Nanterre, le meilleur scoreur de l’histoire de l’université d’Albany défendait les couleurs de Kataja depuis son départ de Bourg-en-Bresse. Là-bas, il était aisément redevenu un meneur de référence en Korisliiga, tournant encore à 16,2 points à 48% et 3,8 passes décisives de moyenne. Y terminer sa carrière aurait pu sembler logique mais le défi proposé par le BBD était visiblement plus attrayant, surtout dans un contexte où Kataja n’a absolument plus rien à jouer en cette fin de saison. Joueur complet, adroit à longue distance (56,3% avec Rouen en 2014/15, 43% l’an dernier), Wilson devrait apporter des qualités de maîtrise et de contrôle qui manquent cruellement à Boulazac ces derniers temps. Le patron qu’il fallait afin d’éviter un naufrage absolu de l’embarcation périgourdine, actuellement classée à la 15e de Pro B, seulement deux longueurs devant le premier relégable ?

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires