Killian Hayes meneur de l’équipe de France à la Coupe du Monde ?

Crédit photo : FIBA

Excellent avec Détroit depuis quelques semaines, Killian Hayes s'affirme comme un candidat légitime pour tenir le poste de meneur de l'équipe de France à la Coupe du Monde 2023. Une compétition qui le motiverait, qui plus est à moins d'un an des Jeux olympiques de Paris.

Pour sa troisième saison en NBA, Killian Hayes passe au niveau supérieur. Joueur prodige durant ses jeunes années à Cholet Basket, le fils de Deron Hayes a porté la génération 2001 au sommet du basketball européen (champion d’Europe U16 en 2017) puis à la finale de la Coupe du Monde U17 en 2018. Apprécié par les scouts, le Maugeois est ensuite devenu le Français sélectionné le plus haut de l’histoire lors de la Draft NBA, en 2020. Mais sa saison rookie a été marquée par une blessure à la hanche, avant une fin de saison peu significative à l’heure du tanking. En 2021-2022, il a peiné pour passer un cap aux côtés de Cade Cunningham, le n°1 de la Draft NBA 2021, lui aussi meneur/arrière. Malgré une présaison plutôt enthousiasmante, son début de saison 2022-2023 laissait craindre un déclassement au sein des Pistons, d’autant plus que la franchise du Michigan avait encore choisi un combo-guard de talent, Jaden Ivey, lors de la dernière Draft (5e choix). Moqué sur les réseaux sociaux pour ses performances en octobre (2,5 points à 17% de réussite aux tirs dont 13,1% à 3-points, 2,5 rebonds, 3,5 passes décisives et 1,3 balle perdue en 17 minutes sur 8 matches), Killian Hayes n’a jamais perdu la confiance de son staff et continué à occuper un rôle prépondérant sur les lignes arrières détroitiennes.

De 2,5 points en octobre à 12,1 points de moyenne en décembre

Opéré en décembre d’une fracture de fatigue au tibia, Cade Cunningham a du laisser Killian Hayes et Jaden Ivey se partager le temps de jeu. Petit à petit, le Franco-Américain a sorti la tête de l’eau. Un premier bon match, à Boston (16 points à 7/12 aux tirs en 22 minutes) le 10 novembre, lui a donné de la confiance. Puis le natif de Lakeland (Floride) a enchaîné avec six autres rencontres à 10 points ou plus en novembre, au point d’exploser ses statistiques mensuelles (9,8 points à 40,3%, dont 36,2% à 3-points sur 3,1 tentatives par match, 2,7 rebonds, 5 passes décisives et 1,9 balle perdue en 27 minutes sur 15 matches). Sa montée en puissance s’est confirmée en décembre (12,1 points à 42,2%, dont 33,9% à 3-points sur 4,4 tentatives par match, 3,4 rebonds, 6,6 passes décisives et 1,9 balle perdue en moins de 29 minutes sur 14 rencontres).

Sa suspension pour trois matches n’a pas coupé son élan, bien au contraire. Lors de son retour à la compétition, mercredi 4 janvier, il a guidé les siens vers une victoire sur le buzzer chez les Golden State Warriors. Il a battu son record de passes décisives dans la grande ligue (13) tout en ne perdant aucun ballon. Un exceptionnel ratio passes décisives / balles perdues qui confirme sa magnifique saison à ce niveau (5,5 pour 1,8) faisant de lui le maître du jeu michiganais. Et s’il s’est manqué aux tirs sur ce match (3/12), il s’est bien repris depuis (8/14 à San Antonio vendredi, 11/17 ce dimanche contre Philadelphie). Contre les Sixers, il a d’ailleurs tenté 8 tirs à 3-points, lui dont l’adresse extérieure n’a jamais été la force jusqu’ici dans son parcours. Signe que le travail mis en place lors de l’intersaison a fini par porter ses fruits.

« Ce n’est pas un super grand changement, a-t-il relativisé au micro de Melvin Karsenti, pour BasketUSA. Ils (ses coaches) ont juste ajusté quelques détails. On a fait ça à la fin de l’été, du coup j’ai mis un petit peu de temps à m’ajuster parce que les tirs que tu prends à l’entrainement sont différents des tirs que tu prends en match. Il y a de la défense, il y a plus d’intensité, et de pression, etc. Doucement mais sûrement, je m’adapte et je me sens de mieux en mieux. »

Suspendu six semaines par la FFBB en 2019

Killian Hayes France Coupe du Monde U17 2018
Killian Hayes a fini dans le cinq idéal de la Coupe du Monde U17 2018 en Argentine (photo : FIBA).

Ses performances n’ont bien sûr pas été manquées par le staff de l’équipe de France et les cadres des Bleus. Alors que de nombreuses certitudes entourent le poste 2 (Fournier, De Colo, Okobo), 3 (Batum, TLC, Fournier), 4 (Yabusele, Wembanyama, M’Baye) et 5 (Gobert, Fall, Poirier, Lessort et peut-être Embiid), le poste de meneur poste lui question. Thomas Heurtel écarté après l’épisode de la charte, Vincent Collet doit trouver un nouveau créateur pour partager la position avec les défenseurs Andrew Albicy et Frank Ntilikina. L’expérience Théo Maledon a déçu lors du dernier EuroBasket. Si le Normand est jeune, son profil désormais plus scoreur est différent de celui de son ancien acolyte de la génération 2001. Pour autant, Killian Hayes n’a plus joué sous le maillot de l’équipe de France depuis la Coupe du Monde U17 2018. En 2019, avant de rejoindre le club allemand d’Ulm, le Florido-Maugeois a décliné une convocation en équipe de France U20 – une compétition historiquement méprisée par les prospects NBA – afin de rester travailler individuellement en Floride. Une décision qui avait entraîné sa suspension de six semaines de la part de la Fédération française de basketball en 2019.

« Chaque cas est particulier, avait justifié le président de la FFBB Jean-Pierre Siutat dans L’Equipe. Quand un joueur est drafté, nous savons qu’il ne viendra pas cet été là et on l’accepte. Mais ce n’est pas bien de ne pas venir quand on n’a pas de raison, a-t-il déclaré. Ces joueurs ont été détectés, formés dans nos pôles, nos centres, nos clubs. La FFBB Met 30 millions d’euros par an dans ce domaine. Nous préparons les JO 2024. On ne peut pas croire qu’il suffira d’arriver trois mois avant et de dire :  »Ça m’intéresse ». Il faut gagner, être présent, franchir les étapes, respecter le maillot. »

Killian Hayes star du NBA Paris Game 2023 le 19 janvier

Deux ans plus tard, toujours afin de travailler durant l’intersaison, Killian Hayes a également décliné une invitation en équipe de France afin d’être partenaire d’entraînement pour préparer les Jeux olympiques de Tokyo, à Pau. Qu’en sera-t-il à l’été 2023 alors qu’il est désormais un candidat légitime pour faire partie des 12 de Vincent Collet lors de la prochaine Coupe du Monde, en septembre 2023 ? Selon nos informations, le joueur est motivé et l’a déjà signifié en privé à certains membres de l’entourage de l’équipe de France. Prendre part à cette compétition est d’autant plus motivant qu’elle aura lieu moins d’un an avant les Jeux olympiques de Paris. Et si ses épisodes passés avec l’équipe de France ont pu crisper une partie des instances, rappelons que l’équipe de France a su faire table rase du passé concernant des joueurs ayant décliné les sélections. Ainsi, Théo Maledon a bien été rappelé en Bleu dès juin 2022, alors qu’il avait refusé de prendre part aux Jeux olympiques de Tokyo afin de respecter la demande de sa franchise, le Thunder, et de travailler en Oklahoma lors de l’été 2021. Dans dix jours (le jeudi 19 janvier), à l’occasion du match à Paris entre Détroit et Chicago, Killian Hayes sera très certainement harcelé à ce sujet par la presse française. L’occasion pour lui de partager cette envie. Avant de la mettre en pratique sur le continent asiatique (Indonésie, Philippines et Japon) en septembre prochain.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires