La JL Bourg abat sa carte joker avec Norris Cole

Depuis plusieurs semaines, pour ne pas dire mois, les échos bruissaient autour de la quête d’un meneur étranger à la JL Bourg. Celle-ci s’est terminée ce lundi avec une grosse prise : Norris Cole (1,88 m, 33 ans), tout juste libéré par l’Unicaja Malaga.

Décisif avec l’ASVEL…

Double champion NBA − dans un vrai rôle, celui de doublure de Mario Chalmers − avec le Miami Heat de LeBron James en 2012/13, le natif de l’Ohio a réussi à redonner une seconde vie à sa carrière après sa 428e et dernière apparition dans la grande ligue avec Oklahoma City en 2017. Relocalisé en Europe, d’abord au Maccabi Tel-Aviv puis au Buducnost Podgorica, il a fait les beaux jours de l’AS Monaco puis de l’ASVEL ces deux dernières saisons. Tout en créant une vraie histoire commune avec son nouveau partenaire à la mène, Axel Julien… Lors de l’épique demi-finale 2020 de la Leaders Cup, leur duel avait viré à l’avantage du Dijonnais, rayonnant à Disney, avant que l’Américain ne se venge l’an dernier, à l’occasion des finales de la Coupe de France et de Betclic ÉLITE. À Rouen, tant offensivement (20 points à 9/20 et 4 passes décisives) que défensivement, il avait éclaboussé de sa classe le match pour le titre (87-74).

… Mais paria à Malaga

Pion essentiel du doublé de Lyon-Villeurbanne la saison dernière, précieux dans la campagne d’EuroLeague (13,7 points et 3,6 passes décisives), Norris Cole n’avait pas souhaité honorer sa deuxième année de contrat à l’ASVEL, partant faire fructifier ses belles performances à Malaga. Mais l’aventure en Andalousie ne s’est pas du tout passée comme prévu. Tancé dès le mois de novembre par le directeur sportif Juanma Rodriguez pour son comportement, l’ancien meneur des Pelicans n’a pas non plus répondu aux attentes de son coach Fotis Katsikaris. « Malgré son grand talent, c’est un joueur très individualiste, mais le pire a été son manque d’implication au quotidien et l’attitude affichée dans certains matchs », a écrit ce matin le quotidien local DiarioSur. Le point de non-retour a été atteint le 25 janvier avec un -4 d’évaluation contre Cluj Napoca en BCL. Puni lors du match suivant en n’étant pas convoqué pour le déplacement à Bilbao, Norris Cole s’entraînait à part de l’équipe première depuis cette date.

Doté d’une très belle réputation en France, Norris Cole tentera d’oublier cet épisode douloureux sous les couleurs bressanes. Avec un objectif clair : participer au contre-la-montre lancé par la JL Bourg (10e de Betclic ÉLITE avec 11 victoires et 13 défaites) pour que cette saison ne soit pas un échec. Sa venue acte l’échec du pari d’une doublette 100% française de meneurs, avec notamment un Axel Julien qui a eu du mal à enfiler le costume de patron. Avec Cole à ses côtés, le Varois pourrait retrouver l’impact qui a été le sien à Dijon, lui qui n’a jamais été aussi performant que lors de sa doublette avec David Holston. L’ex-Villeurbannais a été embauché avec le statut de pigiste médical d’Eric Mika, que l’on ne reverra probablement pas cette saison.

la-jl-bourg-abat-sa-carte-joker-avec-norris-cole--1647884510.jpeg
Norris Cole est déjà arrivé dans l’Ain
(photo : JL Bourg)

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires