La première place, ni « une fin en soi » ni « une obsession » pour les Metropolitans 92

Passé sa défaite inaugurale au Mans (65-83), Boulogne-Levallois s’est lancé dans une folle série de douze victoires de rang qui lui a offert les commandes du championnat. Avec certains triomphes éclatants : +27 contre Monaco, +21 à Villeurbanne. Des succès répétés au cours de la phase retour, certes de façon moins démonstrative (en prolongation en Principauté, +2 contre l’ASVEL). Mais un 4/4 face aux deux gros bras du championnat qui permet aux Metropolitans 92 de croire en ses chances pour la suite des hostilités en France.

« Vous pouvez voir les résultats », assène Will Cummings. « On ne gagne pas de 20 points par accident contre n’importe qui, surtout lorsqu’il y a des grands noms en face… Nous sommes aussi fatigués que Monaco ou l’ASVEL à disputer des matchs européens et nous ne sommes pas leaders du championnat pour rien. Même si l’on termine à la deuxième ou la troisième place, on a été la meilleure équipe de Betclic ÉLITE jusque-là. Le titre a toujours été notre objectif, c’est ce que l’on recherche chaque saison de toute façon. »

« Garder l’une des deux premières places »

Moins souveraine ces derniers temps avec quatre défaites consécutives à l’extérieur avant son déplacement de ce samedi à Bourg-en-Bresse (80-73) ou des soirées compliquées à domicile contre les relégables Champagne Basket et Fos-Provence, l’équipe francilienne s’accroche tout de même à sa première place (20v-7d), même si Monaco (19v-7d) s’est sérieusement rapprochée en profitant des trois faux-pas d’affilée en février des Metropolitans 92. Décisif hier dans l’Ain (12 points à 4/7, 4 rebonds et 3 passes décisives), Lahaou Konaté a dédramatisé l’importance de la première place.

« On sait très bien que tout le monde regarde un peu Monaco et Villeurbanne dans ce championnat. On a su s’imposer journée après journée et on essaye de garder la tête froide car tout le monde peut battre tout le monde en Betclic ÉLITE. On a failli perdre contre Fos-sur-Mer cette semaine. On est contents d’être leader mais ce n’est pas une fin en soi. Le plus important n’est pas de terminer premier de la saison régulière mais les playoffs. On n’obtient rien en terminant premier. C’est une bonne chose mais ce n’est pas une fin en soi. »

la-premiere-place--ni--une-fin-en-soi--ni--une-obsession--pour-les-metropolitans-921649583736.jpeg
Vainqueur de la Coupe de France 2016 avec Le Mans, Konaté vise désormais son premier titre de champion
(photo : Jacques Cormarèche)

Du haut de ses 20 années d’expérience, Vincent Collet peut aussi dégonfler l’enjeu de la première place. Des saisons bouclées en tête de la phase régulière sans le trophée suprême au bout, il en a connu (2004, 2005, 2014 et 2015). Et des titres de champion de France sans la première place préalablement, également : en 2006, le MSB avait terminé cinquième avant d’exulter à Bercy. Seule la saison 2008/09 avait fait respecter la hiérarchie : leader au bout de 30 journées, l’ASVEL avait ensuite empoché son 17e sacre national. Alors tout en prévenant que l’AS Monaco fait désormais office de grande favorite pour la première place de la saison régulière, le cerveau des Mets espère surtout que son équipe pourra sécuriser le Top 2 et parviendra à éviter les blessures jusqu’aux playoffs afin de pouvoir y arriver avec une certaine fraîcheur. D’où l’embauche d’un pigiste médical pour David Michineau…

« L’arrivée de Jerome Randle répond au besoin important de soulager Will Cummings. On ne vise pas que le prochain match, on voudrait pouvoir disputer nos chances en playoffs. Si on y arrive crâmés, ce ne sera pas le cas. Si la première place est l’objectif ? Non. Enfin, je ne vais pas vous dire le contraire mais elle n’est pas une obsession. On s’attend à ce que Monaco puisse reprendre la pole, vu le niveau qu’ils affichent ces derniers temps. On a encore plein de matchs difficiles, avec des déplacements à Strasbourg, Pau, Cholet, Gravelines… On va essayer de repousser l’échéance mais quoiqu’il arrive, il y aura des playoffs. Sauf qu’après notre victoire à Bourg-en-Bresse, on est déjà très bien placés pour terminer dans les quatre premiers, et donc sécuriser l’avantage du terrain (en quart de finale). J’aimerais bien quand même malgré tout garder l’une des deux premières places mais ça va être dur aussi, maintenant que Villeurbanne est débarassé de l’EuroLeague. On va avoir des matchs cruciaux, comme la réception de Venise en EuroCup. On est très motivés pour cela mais on sait que ça pollue un peu la concentration. On va se sublimer pour ce match d’EuroCup donc on sait très bien que ça peut influer sur les rencontres d’avant et d’après… Surtout qu’on n’a pas beaucoup de joueurs. J’espère que l’on pourra arriver en playoffs en bonne forme pour pouvoir défendre nos chances. »

À Bourg-en-Bresse,

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires