Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

L’AS Monaco inscrit son nom au palmarès de la Coupe de France

Coupe de France - A l’image des filles, l’ASVEL s’est noyée face à Monaco (90-70) en finale de la Coupe de France à Bercy. Crucifiés par le trio Mike james - Elie Okbo - Donatas Motiejunas, les Villeurbannais n’ont jamais réussi à entrer dans leur finale et ont été dominé de bout en bout dans la partie. Les hommes de Sasa Obradovic remportent leur premier titre majeur, avant de rêver peut-être plus grand dans les semaines à venir...
L’AS Monaco inscrit son nom au palmarès de la Coupe de France
Crédit photo : Tuan Nguyen

L’AS Monaco a encore un fois montré qui était le patron cette saison. Ce samedi, à Bercy, la Roca Team a décroché la Coupe de France pour la première fois de son histoire, au bout d’une finale à sens unique face à l’ASVEL (90-70). Comme dans la finale féminine, l’ASVEL s’est fait écraser sous la puissance monégasque (15-25′). Emmené par un très grand Elie Okobo (20 points, 6 rebonds et 7 passes décisives), Monaco a mené tout au long de la partie sans être inquiété par les Villeurbannais, qui n’ont jamais vraiment eu de sursaut d’orgueil pour revenir au contact. « 33 points au premier quart-temps ce n’est pas très drôle », a admis le capitaine de l’ASVEL Charles Kakudi en conférence de presse. « On a manqué de réalisme, d’adresse, en jouant en demi-terrain où ils nous impactent beaucoup. Nous ne sommes pas du tout dans ce que nous voulons faire. C’est une très forte équipe avec des individualités de très haut niveau. Ils sont sur un nuage et il faut faire un match parfait avec une intensité sur 40 minutes et de l’adresse. Et quand la balle ne rentre pas dans le panier, c’est compliqué. »

Monaco a été au rendez-vous

Elie Okobo AS Monaco 22-23
Elie Okobo et l’AS Monaco ont parfaitement maîtrisé leur finale face à une pâle équipe villeurbannaise. (Photo : FFBB)

Après le rendez-vous raté lors de la Leaders Cup – éliminés dès les quarts de finale – les Monégasques, actuellement en course pour les playoffs d’EuroLeague, n’ont jamais relâché l’étreinte. Alors qu’Elie Okobo baissait légèrement le pied, Mike James prenait le relais en enchaînant les tirs réussis sur la tête des défenseurs rhodaniens, en mal de leur leader Nando De Colo, en délicatesse en première mi-temps (1/6 en première mi-temps et 12 points, 5 passes décisives et 2 interceptions pour 12 d’évaluation). À la mi-temps, les hommes de T.J. Parker étaient menés de 17 points (49-32, 20’).

De retour sur les planches, l’ASVEL a tenté un vain retour, mais Monaco semblait intouchable et repartait de l’avant en s’appuyant sur Mike James et Donatas Motiejunas pour asseoir un peu plus sa domination (61-38, 30’) alors que Sasa Obradovic sentait que son équipe n’était pas au meilleur niveau sur ses dernières semaines. « Honnêtement, j’étais inquiet », a avoué le technicien monégasque après la rencontre. « Depuis trois semaines, nos entraînements comme nos matches n’étaient pas du meilleur niveau. J’ai gagné des coupes en Allemagne, en Russie et aujourd’hui en France. Mais ce n’est pas le moment de faire la fête avec les playoffs d’EuroLeague qui se profilent. » Si les Villeurbannais ont réduit l’écart à 12 points à six minutes du terme, à la suite d’un tir primé d’Amine Noua, ce retour a été annihilé dans la foulée par un 8-0 de l’ASM, dont deux paniers d’Elie Okobo pour plier l’affaire.

Basculer et passer à autre chose : une vérité d’un côté comme de l’autre

Nando De Colo ASVEL 22-23
Nando De Colo et l’ASVEL sont totalement passés au travers de leur finale et concèdent un cinquième revers consécutif contre Monaco. (Photo : FFBB)

La soirée des Monégasques est parfaite avec un titre. Cependant, il faudra vite basculer vers les playoffs d’EuroLeague ce mardi avec le quart de finale contre le Maccabi Tel-Aviv. « C’est une première étape, un objectif réussi et maintenant, il y a la suite bien sûr. Cinq ans sans trophée national pour l’AS Monaco ? Ça prend du temps, mais on l’a fait cette année. C’est un travail qui s’aboutit et je suis vraiment content d’avoir participé à ça. Maintenant, il y a plein d’autres étapes : les playoffs de l’EuroLeague et la fin du championnat. J’espère qu’on va pouvoir prendre confiance et bâtir là-dessus », a avoué Elie Okobo après la rencontre.

 De son côté, le club de Tony Parker a vécu un véritable cauchemar après sa cinquième défaite et repart dans le Rhône les valises pleines de frustration. « C’est une défaite compliquée, mais il faut s’attendre à ça, si nous ne sommes pas prêts du début à la fin », déplorait Nando De Colo en zone mixte. « Et surtout si on n’est pas sérieux dans ce qu’on fait… C’est une équipe qui a beaucoup de qualité, on l’a vu tout au long de la saison. Maintenant, il faut essayer d’apprendre de ce match. Ils ont été très adroits et au lieu de rester concentrés sur ce que l’on avait à faire, on les a laissés imposer leur rythme. »

Avec son effectif cinq étoiles, l’AS Monaco a envoyé un message et s’est encore un peu plus affirmé parmi les prétendants au titre en Betclic ÉLITE. Avant cela, Monaco va célébrer, mais seulement « un petit peu ». Le plus dur arrive…

À Bercy,

Cliquez-ici pour accéder aux statistiques de la rencontre

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion