Laurent Vila : « C’est lamentable ce jeu-là »

L’Elan Béarnais n’arrive pas à enchaîner. Après sa victoire contre Gravelines-Dunkerque, l’équipe de Laurent Vila s’est inclinée à Nanterre et l’entraîneur Laurent Vila a poussé un coup de gueule. Trois jours plus tard, l’EBPLO s’est imposé à Roanne en Jeep ELITE. Trois jours plus tard de nouveau, ce mardi, l’équipe béarnaise s’est inclinée de 20 points contre Bandirma (76-96) à domicile en Ligue des Champions (BCL). Après la rencontre, l’entraîneur Laurent Vila était encore une fois très critique avec son équipe, même s’il a du faire sans l’ailier Travis Leslie et le pivot Cheikh Mbodj.

« Comment peut-on commencer un match comme ça ? Comment peut-on se permettre ce jeu hasardeux en défense et en attaque. Même si la situation n’est pas facile… A un moment donné, il faut faire corps, il faut se solidariser, il faut donner plus d’énergie. Ce (mardi) soir, on est triste. C’est lamentable ce jeu-là. Ce n’est pas l’attitude que j’attends, ils l’ont bien entendu avant le match et à la mi-temps. Le club fait des efforts pour être en BCL, on les mets dans de bonnes conditions, que ce soit la direction ou le staff élargi… Derrière on se doit d’avoir un comportement digne du club quand il y a la compétition. Oui on a de nos bobos, on a tout ce qu’on veut… Mais ça va, un minimum quoi !

Il y aurait du positif à tirer de ces matchs-là si l’opportunité qui est donnée à l’ensemble des joueurs fait qu’on la saisit… Oui il y a des situations qui sont correctes. Mais sur l’ensemble quand même ! On est dominé au début et à la fin. Un match il faut bien le commencer et bien le finir, surtout à domicile. On peut faire des choses contre cette équipe. Par réaction, on voit, on gagne le troisième quart-temps 19 à 15. Pourquoi ne commence-t-on pas le match comme ça, pourquoi ne le termine-t-on pas comme ça ? On ne peut pas avoir ce comportement  »tranquille ». Vu les efforts qu’on a fait pour jouer ce genre de compétition, il faut respecter.

Après, il faut saluer Bandirma. Ils sont deuxièmes du championnat turc. Ils jouent avec de gamins. Il faut retenir le n°28 (Alperen Sengun), il met 20 points. Il faut vérifier son âge, mais il n’a pas 20 ans je crois (NDLR : il a 17 ans et a fait tant de mal à l’équipe de France U16 à l’été 2018). Ca c’est un exemple. Il y a des paris qui sont fait dans certains pays et il y a une formation du joueur qui est faite. C’est solide, ça joue. Je vois un joueur qui a des fondamentaux, qui respecte le jeu et ce qui est mis en place. C’est positif, ça me conforte dans mes idées (de ce qu’est le basket).

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires