• À la une
  • Betclic Élite
  • Programme TV
  • Pro b
  • National
  • À l'étranger
  • Équipe de France
  • Interviews
  • Jeunes
  • Féminines

Les cinq enseignements de la première journée de Betclic ELITE

Les cinq enseignements de la première journée de Betclic ELITE
Crédit photo : Julie Dumélié
Betclic ÉLITE - La saison 2023-2024 de Betclic ÉLITE a démarré le samedi 16 septembre et la première journée nous a livrée quelques enseignements. En voici cinq.

Samedi 16 septembre, la saison 2023-2024 de Betclic ELITE a démarré tôt, très tôt. Avant les autres grandes ligues européennes. Seulement six jours après la finale de la Coupe du monde, les 18 formations du championnat sont entrées en scène dans une saison qui s’annonce palpitante, avec notamment trois descentes en Pro B en perspective. On a déjà tiré quelques enseignements de cette première journée.

L’ASVEL version 2023-2024, c’est plus costaud

Avec une hausse significative de son budget, avec l’arrivée de Skweek en tant que partenaire majeur mais aussi les prévisions des revenus liés à la salle de Décines, l’ASVEL a pu construite un effectif de 14 joueurs. Celui-ci est plus complet avec un meneur de haut-niveau (Paris Lee), un vrai poste 4 fuyant (Mike Scott), de la rotation au poste 5 – même si Joffrey Lauvergne est pour le moment aligné au poste 4 – et un Timothé Luwawu-Cabarrot tranchant. Même Nando De Colo, après une Coupe du monde ratée, semblait avoir repris du poil de la bête. Résultat, Le Mans en a fait les frais. Si la majorité des joueurs parviennent à rester éloignés de l’infirmerie, l’ASVEL devrait être bien plus compétitif qu’en 2022-2023.

« L’ASVEL de cette saison n’a rien à voir avec celle de la saison dernière » assure Elric Delord

Paris a tout ce qu’il faut pour passer un cap en 2023-2024

En faisant venir et le staff et la moitié de l’effectif qui a tant brillé à Bonn en 2022-2023, Paris s’est assuré d’avoir un vrai collectif pour ce nouvel exercice. Les Parisiens bénéficient de cette alchimie dès le début de saison et Dijon, qui a pourtant conservé cinq cadres de l’exercice précédent, en a fait les frais dimanche. Les Parisiens ont les moyens d’accrocher leurs premiers playoffs de Betclic ELITE, voire même de viser une place dans le Top 4.

« Ce sera difficile de rivaliser avec Paris » selon Nenad Markovic (Dijon)

Le Portel a du pain sur la planche

Le Portel a un vrai savoir-faire pour se maintenir chaque saison, la plupart du temps avec de la marge. Mais cette saison, le groupe bâti par Eric Girard avec un budget limité est inexpérimenté. Surtout, il a souffert défensivement contre la JL Bourg alors que l’ADN stelliste est de faire déjouer l’attaque adversaire. Le staff a du pain sur la planche pour rendre son équipe plus compétitive afin de s’éviter des frayeurs dans cette saison à trois descentes.

Eric Girard énervé par la première du Portel : « Il n’y a pas d’envie de jouer ensemble »

Saint-Quentin est sur sa lancée

Chez les Metropolitans 92, vice-champions en titre, Saint-Quentin a réussi son retour dans l’élite, 30 ans après. Le SQBB a pourtant renouvelé son cinq majeur à 100%. Mais les éléments de la montée de 2023 ont toujours de l’impact en sortie de banc, à commencer par Mathis Dossou-Yovo (15 d’évaluation) et Melvin Ajinça (14). Si les Picards commencent à accrocher des succès à l’extérieur, ils risquent de faire une belle saison. Car il ne sera pas évident de s’imposer chez eux.

« Une belle victoire d’équipe », Saint-Quentin réussit son entrée en Betclic Élite

Monaco démarre tranquillement

Champion de France en juin dernier, l’AS Monaco a vécu une préparation sans de nombreux joueurs, à Bormio en Italie puis à Antalya en Turquie. Samedi soir à Beaublanc, la Roca Team n’a pas forcé son talent pour aller l’emporter 72 à 59 avec un effectif limité, avec notamment l’absence de ses trois pivots. La vraie préparation de l’équipe de Sasa Obradovic a commencé à ce moment, alors que plusieurs joueurs sont de retour dans le groupe, à commencer par le pivot Donatas Motiejunas.

BEBASKET

Marre de la publicité ? Offrez-vous BeBasket sans pub, soutenez la rédaction et encouragez une meilleure couverture du basket français au quotidien. À partir de 5€/mois.

À partir de 5 €
Vous pourriez aussi aimer
EuroCup
Reçu 5 sur 5 pour Paris face à Prometey
Reçu 5 sur 5 pour Paris face à Prometey
INTERVIEWS
[Reportage] « Une équipe de G-League » : au coeur de LyonSO, le club satellite de l’ASVEL
[Reportage] « Une équipe de G-League » : au coeur de LyonSO, le club satellite de l’ASVEL
INTERVIEWS
[REDIFFUSION] Travarus Bennett : la première star du renouveau monégasque, dix ans avant Mike James
[REDIFFUSION] Travarus Bennett : la première star du renouveau monégasque, dix ans avant Mike James

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter
Connexion

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 €