Les envies d’étranger d’Iliana Rupert

Alors qu’elle passe clairement un cap cette saison, Iliana Rupert (1,93 m, 20 ans) attire forcément les convoitises partout dans le monde. La Sarthoise s’est confiée à Le Berry Républicain sur son plan de carrière et ses envies d’étranger, elle qui a déjà été draftée en WNBA, à la 12e position, en avril 2021 par les Las Vegas Aces : 

« J’ai toujours rêvé d’aller jouer à l’étranger. Je travaille pour. J’ai déjà la chance d’être dans un très grand club européen à Bourges. Mais j’ai aussi l’équipe de France, la WNBA… J’ai la chance d’avoir pas mal de pistes pour me tenir occupée pendant un moment, c’est chouette ».

Elle dévoile sa destination de rêve : Ekaterinbourg. Le contexte actuel en Russie fait que la jeune joueuse de 20 ans n’ira pas seulement pas jouer là-bas de sitôt : 

« Ça a toujours été Ekat’ mon rêve. Bon, je le garde dans un coin de ma tête mais avec la situation actuelle en Russie, ça risque d’être compliqué dans les années à venir. Après, ce qui est bien en Europe, c’est qu’il y a des changements assez régulièrement parmi les grosses équipes. On peut aller dans tellement de pays différents. Ça ne me dérangerait pas de bouger. Outre l’aspect basket, aller dans un nouveau pays me permettrait de découvrir la culture, le langage, et c’est ça aussi qui m’attire à l’étranger ».

Si la pépite du Tango Bourges Basket sait qu’elle veut jouer à l’étrange,r elle reste néamoins consciente qu’il lui faut franchir les paliers étape par étape : 

« Je ne me suis pas fixée de date précise. Je voulais d’abord atteindre un certain niveau, faire des saisons complètes et prouver en championnat de France que je méritais d’aller à l’étranger. Aujourd’hui, je peux toujours partir si je le souhaite, et je ne le cache pas. J’attends de voir si je peux aller à l’étranger. Dès ma signature, j’ai alerté Bourges sur le fait que jouer à l’étranger était un de mes rêves ».

Cela devrait commencer cette année avec une saison rookie en WNBA, après la fin de saison de Bourges.

par

Qui a écrit ce papier ?

Rédaction Bebasket

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires